Ils sont de plus en plus à franchir le pas. Toutefois, si partir à la retraite en avance présente des avantages, ce n'est pas forcément une manoeuvre sans risques.

Retraite anticipée : vraie ou fausse bonne idée ?

Ils sont de plus en plus nombreux à faire le choix d’un départ anticipé à la retraite. Selon une récente étude publiée par la Direction de la recherche du ministère du Travail (Dares), c’est près de 342 300 retraités qui ont décidé de partir à la retraite avant l’âge légal en 2016. Soit une progression de 10.5%, comme le rapporte le quotidien national Les Echos. D’une façon générale, cette évolution serait due à l’assouplissement des conditions de départ précoce des salariés et au relèvement de l’âge légal de cessation d’activité, indique le journal.

Pour Philippe Crevel, économiste et directeur du Cercle de l’Epargne, ce n’est pas la seule raison. "La hausse du nombre de départs anticipés est due en grande partie à la montée en puissance des carrières longues. Dans ce cas, les contribuables qui ont commencé à travailler tôt ont suffisamment côtisé avant l’âge légal de départ à la retraite. Toutefois, il y a aussi beaucoup de contribuables qui décident de partir en anticipant les réfomes des retraites en approche : la fusion Agirc-Arrco et celle voulue par Emmanuel Macron", indique-t-il.

De plus en plus de salariés sont donc en mesure de partir à la retraite en avance… Cela signifie-t-il pour autant qu’il s’agit d’une bonne idée ? L’économiste appelle à la prudence. "Tout dépend de la situation de chacun mais aussi de sa catégorie socio-professionnelle", rappelle-t-il. A ses yeux, par exemple, un employé ou un ouvrier a davantage de raison de le faire. "Un cadre à tout intérêt à rester, en tout cas au moins jusqu’au 1er janvier 2019. Et pour cause : le point Agirc lui permet d’acquérir davantages de droits à la retraite complémentaire. Pour les salariés, qui ne touchent que des points Arrco, l’intérêt est moindre", explique-t-il.

D’une façon générale, rester plus longtemps au travail quand c’est possible permet de côtiser plus longtemps, quelque soit la catégorie socio-professionnelle du travailleur. "Partir à la retraite après l’âge légal de départ à la retraite ne permet pas nécessairement une forte amélioration de son régime général, mais cela se ressent clairement sur les régimes complémentaires", souligne le directeur du Cercle de l’Epargne. "Au fond, pour n’importe quel contribuable qui a suffisamment côtisé et peut prendre une retraite à taux plein, il n’y a pas de situation intrinsèquement plus avantageuse qu’une autre. Cela relève du choix de vie", assure-t-il.

Retraite anticipée : tout ce qu'il faut savoir avant de partir

Attention, en revanche ! Si vous souhaitez prendre une retraite anticipée, soyez certains de remplir les conditions nécessaires. "Partir à la retraite sans avoir côtisé assez, c’est l’assurance d’une décote extrême et très handicapante", souligne l’économiste. Pour éviter une mauvaise surprise, il recommende de bien préparer son départ. "Partir à la retraite, c’est un vrai travail, y compris quand le départ est précoce. Il faut reconstituer l’intégralité de sa carrière, en comptant chaque trimestre côtisé. Cela comporte les stages, le service militaire, les périodes de chomage ou d’arrêt maladie, les droits dérivés…", précise Philippe Crevel. Selon lui, il est indispensable de faire des simulations et il peut être intéressant de faire appel à une société spécialisée dans la reconstitution des carrières. "Cela coûte entre 1 000 et 2 000 euros, mais c’est une solution efficace pour sécuriser vos revenus pour les 25 prochaines années environ", indique-t-il.

Publicité
Autres astuces intéressantes en vue d’un départ prochain : pensez à vérifier les produits d’épargne mis en place par les entreprises dans lesquelles vous avez travailler. "Plusieurs milliards d’euros sont laissés en déshérence parce que les salariés oublient de récupérer ces produits d’épargnes financés par leurs entreprises auxquels ils ont droit", souligne le spécialiste. D’autres placements peuvent également être utiles, comme le PERP, qui permet une défiscalisation assez lucrative pour les revenus les plus imposés.

Vidéo : Epargne : sommes-nous trop frileux avec notre argent ?

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité

A lire aussi sur Planet