TRIBUNE – L'État est responsable de la précarisation progressive des retraités, affirme l'économiste Frédéric Farah. Ce n'était pas une erreur : il l'a organisée.
L’État acteur de la précarisation des retraitésIstock
Sommaire

Frédéric Farah est économiste, enseignant-chercheur en sciences-économiques et sociales à l'université Panthéon-Sorbonne. Il a signé plusieurs ouvrages sur la question de la dette publique et des finances de la France dont : Fake State : l'impuissance organisée de l'Etat en France (2020, ed. H&O).

La récente crise pandémique a jeté une lumière crue sur la situation économique et sociale des personnes âgées.

Le rapport des Petits frères des pauvres du 30 mars était éloquent sur le sujet."Le premier confinement a entraîné une profonde modification des relations sociales avec une intensification des relations familiales et une baisse d'intensité des relations amicales et de voisinage. Mais 720 000 personnes âgées n'ont eu aucun contact avec leur famille durant le confinement. Et si 87 % des personnes âgées ont eu quelqu'un à qui se confier, 650 000 personnes âgées n'ont eu aucun confident. 32 % des Français de 60 ans et plus ont ressenti de la solitude tous les jours ou souvent, soit 5,7 millions de personnes. 13 % ont ressenti cette solitude de façon régulière. Le manque le plus important a été de ne pas voir ses proches. En 2019, 27 % des Français de 60 ans et plus (4,6 millions de Français de 60 ans et plus ressentaient de la solitude), dont 9 % de façon régulière (soit 1,5 million de personnes)."

L'État travaille activement à la précarisation des retraités

Cette situation vient s'ajouter aussi à la précarisation progressive d'un certain nombre de retraités et au retrait de l'État en matière de services publics.

Dans l'histoire sociale française, la pauvreté des travailleurs âgés a constitué un véritable défi. Il a fallu attendre la mise en place de la Sécurité sociale et sa montée en puissance à partir de la fin des années 1960, pour voir leur pauvreté se réduire.

Le rajeunissement récent de la pauvreté ne peut faire oublier la précarisation des retraités même si notre système de protection sociale reste encore très largement un système protecteur.

Cette précarisation emprunte plusieurs chemins. Elle se retrouve avant toute chose dans les transformations qui ont affecté notre système de retraites.

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.