393 832 vues

Le haut-commissaire à la réforme des retraites, Jean-Paul Delevoye doit présenter ses "recommendations" le 18 juillet devant les partenaires sociaux. Pourtant l'exécutif hésite encore sur les arbitrages les plus sensibles, comme le fameux système universel à points et de l'âge pivot fixé à 64 ans. Une autre réforme purement "comptable" du régime pose aussi problème. Elle préconise d'augmenter la durée exigée pour la retraite à taux plein. Cette durée va donc être augmentée d'un trimestre supplémentaire par an. La durée ne s'étalerait plus jusqu'en 2030, mais désormais jusqu'en 2025. L'économie attendue se chiffrerait autour de 3 à 4 milliards d'euros. Les personnes nées entre 1959 et 1963 seraient ainsi impactées par cette réforme. Les syndicats ont déjà exprimé leur opposition à cette autre réforme des retraites.

Contenus sponsorisés