Pour certains retraités, l'année à venir pourrait être plus difficile que prévue. En effet, certaines erreurs, qui ne sont pas de leur fait, pourrait alléger leur portefeuille…
IllustrationIstock

Impôts : tous ces retraités qui risquent un rattrapage d’impôt

De nombreux retraités risquent de subir un rattrapage d’impôt l’année prochaine. Cette situation, qui concerne tous les affiliés à la Sécurité sociale des indépendants, est due à une erreur de l’organisme. Depuis le début de l’année 2019, ce dernier ne prélève pas assez à ses adhérents et cela devrait continuer jusqu’en 2020, révèle le magazine spécialisé en actualité économique Capital.

En cause ? Un défaut de mise à jour du système informatique qui empêche l’institution de retenir l’impôt au bon taux. Celle-ci a, en effet, calculé la somme à prélever sur le revenu net de ses adhérentes et adhérents plutôt que sur le revenu net fiscal, qui réintègre plusieurs éléments comme la CSG, la CRDS et la Casa. Au total, près d’un million de retraités sont concernés.

Fort heureusement, les montants ne devraient pas être très élevés : 65% des foyers verront leur budget amputé de moins d’un euros par mois, tandis que pour 83% d’entre eux la somme à verser en plus sera de moins de deux euros mensuels. Les moins chanceux d’entre eux (1%) devront rattraper plus de dix euros chaque mois.

D’après les calculs de Capital, un retraité percevant une pension de 1 000 euros, dont le taux de prélèvement à la source s’établit à 5% et dont le taux de CSG est de 8,3%, le rattrapage devrait être de 1,6 euros par mois.

Retraite complémentaire : une très mauvaise nouvelle dès cette année ?

Le rattrapage d’impôts que subiront de nombreux affiliés en 2020 n’est pas l’unique mauvaise nouvelle à laquelle doivent s’attendre les retraités et futurs retraités : du fait de la fusion de l’Agirc-Arrco, tous les assurés qui souhaitent prendre leur retraite à partir de leurs 62 ans souffriront d’une importante minoration de leur pension complémentaire. Ils seront amputés de 10% du montant total qu’ils sont supposés touchés.

L’Agirc-Arcco a, en effet, mis en place un dispositif de bonus-malus pour inciter les actifs à reporter leur cession d’activité. Cependant, pour celles et ceux susceptibles de bénéficier d’une retraite anticipée, le problème vient aussi du fait que l’Agric-Arrco ne possède pas des informations nécessaires pour savoir à quel âge un individu est en droit de liquider sa retraite à taux plein. Comme l’expliquait Planet, ces éléments sont détenus par la CNAV (Caisse nationale d’assurance vieillesse), et les deux entités ne communiquent pas encore entre elles…

Comparez les meilleures offres de mutuelles senior

Vidéo : Un malus sur les retraites complémentaires en 2019

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.