Sommaire

Retraite : dans quels cas le départ en août s’impose-t-il ?

Dans d’autres cas, cependant, un départ précipité peut s’imposer au futur assuré. Il n’en deviendra pas nécessairement optimal… mais pourrait cependant s’avérer inéluctable. 

"C’est le cas de tous les départs motivés par une rupture de ressources. Un indépendant confronté à la fin de son activité professionnelle et incapable de prétendre au chomage aura tout intérêt à prendre sa retraite s’il peut. C’est également vrai pour un individu en fin de droits qui se retrouverait sans indemnité à l’approche de la fin de carrière. D’une façon générale, quand les revenus s’éteignent, il est évidemment plus pertinent de demander la retraite que d’attendre sans salaire pour ne pas souffrir un malus", observe Philippe Crevel.

Seulement, cette solution n’est pas sans inconvénients… En effet, il faut penser au temps de jonction : le paiement de la retraite, tout rétroactif qu’il est, n’intervient qu’après trois à six mois. "D’ici là, il faut donc pouvoir faire la soudure…", observe  l’économiste. Si, malgré tout cela, votre décision est prise ; sachez qu’il existe des méthodes pour "lisser" autant que faire se peut l’impact d’un départ à ce point précoce à la retraite.

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.