Ce nouveau paradis fiscal pour les retraités Français IllustrationIstock
Des conditions fiscales avantageuses. Voici les pratiques employées par ce pays européen pour attirer les étrangers. Les retraités Français pourraient se laisser tenter.
Sommaire

L’Italie, le nouvel eldorado ?

Dolce vita en Italie. Douceur de vivre, gastronomie généreuse et savoureuse, richesse culturelle… Les atouts pour poser ses valises dans le pays de la botte ne manquent pas.

Mais pour vous encourager à vous installer définitivement, un autre avantage, et pas des moindres, est désormais mis en avant. Il s’agit d’un privilège fiscal qui devrait pouvoir attirer de nombreux retraités, en mal de pouvoir d’achat.

En effet, depuis le début de l’année, la loi de finances pour 2019 restreint la taxation sur les pensions retraite et sur les autres revenus de source étrangère à 7%, rapporte Capital.

Il existe toutefois quelques conditions.

A lire aussi : Mesures fiscales : ce nouveau coup de massue pour les retraités

Seules 8 régions sont concernées

Si, pour profiter pleinement de ce dispositif, vous pensiez pouvoir déménager à Rome, à Milan ou Florence, vous risquez d’être déçus. “Attention, pour en bénéficier, il faut s’installer dans une ville du sud de l’Italie qui compte moins de 20.000 habitants”, avertit Steve Jakubowski, avocat au sein du cabinet Avocats Picovschi.

Seules huit régions du sud de la botte sont en effet éligibles : la Sicile, la Calabre, la Campanie, la Sardaigne, les Pouilles, le Molise, la Basilicate et les Abruzzes.

Cette aubaine fiscale durera-t-elle toujours ? Malheureusement non. La réduction de l’imposition est limitée à 5 ans. Passé ce délai, les revenus sont imposés en fonction du barème progressif de l’impôt italien.

Certaines catégories écartées

La mesure concerne-t-elle tous les retraités ? Pas tous.

Sauf exception, les fonctionnaires ne peuvent pas en profiter. En cause ? L’article 19 de la convention fiscale entre la France et l’Italie. Il précise que les pensions versées par un État, une administration ou une collectivité territoriale “ne sont imposables que dans cet État”.

De ce fait, les fonctionnaires retraités français qui souhaiteraient vivre en Italie verront leur pension imposée d’après les règles fiscales françaises.

Seuls les fonctionnaires de nationalité italienne y sont éligibles. La double nationalité franco-italienne ne permet toutefois pas de bénéficier de cette nouvelle fiscalité.

L’Italie devient-elle alors une ”destination retraite” plus attrayante que le Portugal ?

Plus intéressant que le Portugal ?

Aller vivre en Italie semble intéressant pour les retraités aisés. “L’intérêt est surtout pour les ménages qui ont un revenu confortable, avec des taux d’imposition élevés, qui détiennent un portefeuille d’actions ou des actifs immobiliers, ou encore qui sont soumis à l’impôt sur la fortune immobilière”, précise l'avocat.

Mais ce dispositif fiscal n’est pas s’en rappeler celui établi au Portugal en 2009. Il est d’ailleurs moins avantageux, “car au Portugal il est possible d’être exonéré d’impôt pendant dix ans sans avoir l’obligation de vous installer dans un endroit précis”. C’est ce qu’assure dans les colonnes de Capital, Alexis de Saint-Albin, le directeur développement activités internationales du groupe Malakoff-Mederic-Humanis, également gérant des caisses de retraite complémentaire pour expatriés.

Il estime d’ailleurs que “si la Grèce ou l’Espagne prenaient de telles initiatives fiscales, les retraités français pourraient également être intéressés”.