Quid de l’Allocation de solidarité spécifique (ASS) ?

Attribuée aux personnes ayant épuisé leurs droits au chômage, l’allocation de solidarité spécifique peut, selon les situations, se révéler financièrement plus intéressante que l’allocation d’aide au retour à l’emploi. Pour quelle raison ? En premier lieu parce que l’allocation en question peut être perçue en complément d’autres pensions (pension de vieillesse ou militaire par exemple) et ce, jusqu’à l’âge de la retraite.

Autre avantage, en cas de reprise d’activité, sachez que l’AAS (dont le montant journalier est porté à 16,32 euros) peut être maintenue. Ses modalités de calcul sont toutefois ajustées et dépendent du moment où l’ASS vous a été accordée. Autrement dit : le montant de cette allocation varie selon si vous avez commencé à la percevoir avant ou après le 1er septembre 2017.

Pour en bénéficier, vous devez être enregistré en tant que demandeur d’emploi et être considéré comme apte à travailler. Il vous revient également d’avoir effectué des actes répétés en vue de trouver un emploi ou d’entreprendre.

Sachez enfin que, pour pouvoir bénéficier de cette allocation dans la continuité de l’ARE, il convient d’avoir travaillé 5 ans minimum au cours des 10 dernières années avant la fin de votre dernier contrat de travail. Dans le cas où vous auriez élevé des enfants, ces 5 années sont alors ramenées à 1 année par enfant dans la limite de 3 ans.

En vidéo - Le duel de l'éco: Pourquoi le chômage repart-il à la hausse ?