Rencontre avec François Bayrou, financement de sa campagne, coup de gueule... TF1 diffusait lundi soir un documentaire inédit sur les coulisses de la victoire d’Emmanuel Macron. Le point sur les passages clés. 

Au lendemain de la victoire d’Emmanuel Macron à l’élection présidentielle, TF1 diffusait un documentaire inédit sur lui. Ses équipes ont en effet réussi à suivre le candidat pendant plusieurs et ainsi offrir aux téléspectateurs un aperçu des coulisses de sa campagne. Planet.fr fait aujourd’hui le point sur les séquences clés qu’il ne fallait pas rater.

Retrouvez notre zapping Actu du jour

Patrick Sébastien viré de France Télévisions : les internautes ripostent

Voir plus de vidéos

Le coup de gueule d’Emmanuel Macron

En plein entre-deux-tours, Emmanuel Macron s’est rendu à l’usine Whirlpool d’Amiens, dans la Somme, pour rencontrer l’intersyndicale. Le jour-même, son adversaire Marine Le Pen le prenait de court et s’y rendait elle aussi. En colère, le candidat d’En Marche ! s’en est alors pris à son équipe à qui il a reproché d’avoir favorisé la sécurité au détriment de la communication. "Ce déplacement n’était pas bien monté. Je l’ai senti tout de suite. On n’a que des craintes parce qu’on est des bourgeois (…) Je ne peux pas paraître planqué. Je passe devant les grilles (de l’usine) et je vais à la chambre de commerce ! Je n’ai jamais fait ça !, le voit-on fulminer sur les images. Si vous écoutez les mecs de la sécurité, vous êtes comme Hollande. Vous êtes mort !". 

Le financement de sa campagne

Au cours d’un déplacement aux Etats-Unis pour rencontrer les Français de New York, Emmanuel Macron a expliqué comment il comptait financer sa campagne. Ainsi a-t-on appris qu’il s’était personnellement endetté, à hauteur de 8 millions d’euros.

La mort de Corinne Erhel

Militante de la première heure, la députée PS Corrine Erhel est décédée brutalement vendredi soir en pleine réunion publique de soutien à Emmanuel Macron. L’annonce de son décès a visiblement beaucoup touché le nouveau président qui, sur une séquence filmée dimanche, a tenu à lui rendre hommage pendant une réunion avec ses troupes. "On a une pensée pour elle, elle aurait été heureuse", a déclaré Emmanuel Macron face à d’autres de ses tout premiers soutiens alors réunis à son QG parisien.

Le ralliement de François Bayrou

"Vous n’avez pas l’âge qu’il faut, mais c’est pas grave". Voici ce que François Bayrou a déclaré à Emmanuel Macron lors de leur rencontre en février. Ce jour-là, les deux hommes se rencontraient pour fixer les thermes de leur accord avant que le centriste, qui venait de renoncer à la présidentielle, annonce officiellement son ralliement au candidat d’En Marche !. "C’est un truc bizarre, président de la République, souffle le maire de Pau à son cadet, au beau milieu d’une salle de restaurant déserte. Vous n’avez pas l’âge qu’il faut, mais ce n’est pas grave. Si vous pouvez réussir là où j’ai failli (…) Je vous aiderai".

Valls, le "traître qui a flingué Hollande"

Publicité
A propos de son ancien chef au gouvernement, Emmanuel Macron n’a pas mâché ses mots. Refusant de se considérer comme un traître par rapport à François Hollande, il a en effet rejeté la faute sur Manuel Valls. Lors d’une réunion téléphonique avec plusieurs membres de son équipe, et alors qu’ils discutaient des candidats à la primaire de la gauche, l’ex-patron de Bercy a lâché : "Pour beaucoup de militant hollandais, le report sur Valls sera très compliqué. S’il y a un traître et quelqu’un qui a flingué Hollande, c’est Valls".

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité