Sommaire

Chantier numéro 1 : Eviter l'effondrement

- Le chantier prioritaire consiste à éviter l'effondrement. Pour cela le collectif souhaite d'abord redonner de l'oxygène à nos Etats en diminuant très fortement les taux d'intérêt sur la vieille dette.

Dans de nombreux pays, les peuples subissent de plein fouet des plans d’austérité car les marchés financiers ne prêtent de l’argent à certains États qu’à des taux élevés.  Ce qui pousse les gouvernements à l'austérité… et les pays vers la récession.

- Le collectif propose également de dégager de nouvelles marges de manœuvre financières en créant un impôt européen sur les bénéfices des entreprises : " le taux d’impôt sur les bénéfices des entreprises n’est que de 25 % en moyenne en Europe contre 40 % aux Etats-Unis. C’est le monde à l’envers ! On croyait que les Etats-Unis étaient les plus libéraux mais ils taxent plus que nous les bénéfices des entreprises."

- Pour "mettre fin au sabordage fiscal national ", Roosevelt 2012 prône l'annulation d'une bonne partie des baisses d’impôts octroyées aux grandes entreprises et aux citoyens les plus riches.

" Le rapport du député UMP Gilles Carrez publié le 5 juillet 2010 montre que si on annulait l’ensemble des baisses d’impôts votées depuis 2000, l’Etat aurait chaque année 100 milliards de plus dans ses caisses. Si nous revenions simplement à la fiscalité qui existait en 2000 (nul ne la jugeait confiscatoire ou sovietiforme), notre déficit se transformerait en excédent ! "

- Il faut aussi, selon les économistes, instaurer une vraie taxe sur les Transactions Financières  : "Si une telle taxe avait été créée en 2008, même à un taux très faible, elle aurait déjà rapporté entre 250 et 600 milliards. La crise grecque aurait pu être réglée très vite, sans demander d’efforts aux peuples d’Europe".

- Autres réformes proposées : boycotter les paradis fiscaux ; limiter les licenciements en réduisant le temps de travail ; sécuriser les précaires (en accompagnant davantage les chômeurs) ; séparer les banques de dépôt et les banques d'affaires ;  lutter contre les délocalisations...

Chantier numéro 2 : Radier le chômage

Pour lutter contre le chômage, Roosevelt 2012 souhaite bâtir une nouvelle société. Parmi les fondements ce celle-ci, 4 points essentiels :  

-    Investir dans une vraie politique du logement pour créer massivement des emplois et faire baisser les loyers. Car le secteur du bâtiment supprime actuellement des postes alors qu'il manque 800.000 logements en France… et que 1.800.000 ménages ont du mal à payer leurs loyers.

-    Lutter contre le dérèglement climatique pour " diviser par 4 la production de gaz à effet de serre sans pour autant renoncer à une vie agréable."

-    Développer l’économie sociale et solidaire pour "ouvrir la voie d’un modèle économique et social au service des citoyens, au plus près des territoires".

-  Négocier un autre partage du temps de travail et un autre partage des revenus : Le partage du travail actuel est un non-sens :

•    d’un côté tous ceux et celles qui font 0 heure par semaine car ils sont au chômage.•    de l’autre, tous ceux qui travaillent plein-pot (et parfois trop) : la durée réelle d’un plein temps est supérieure à 38 heures d’après l’INSEE •    au milieu, toutes celles et ceux qui galèrent avec des petits boulots à temps partiel, sur la semaine ou sur l’année.

" Cette forme de partage du travail est un non-sens car elle provoque une énorme souffrance aussi bien du côté de ceux qui travaillent 0 heure par semaine que du côté de ceux qui travaillent plein-pot mais acceptent de plus en plus des emplois stressants ou médiocrement payés car ils ont peur d’être dans le prochain plan social…"

Vous avez envie de lancer votre projet ? De créer votre entreprise ? Découvrez la formation prise en charge à 100% par l'état >

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.