Présidentielle : parler de votre candidat sur Facebook ce week-end pourrait vous coûter très cher ©AFP
Depuis vendredi soir minuit, les candidats, leurs soutiens ou les médias ont interdiction de diffuser des messages de propagande. Mais cela s'applique également pour vous. Explications. 

La période de réserve vient de démarrer. Depuis vendredi soir minuit et jusqu'à dimanche 20h, il est interdit aux candidats à la présidentielle, à leurs soutiens et aux médias de diffuser des messages de propagande, selon l'article L49 du code électoral. Mais cette période de réserve s'applique également à l'ensemble des citoyens. 

Voir la vidéo : Un tweet ou un post Facebook sur votre candidat peut vous coûter 3750 euros ce week-end


 

Publicité
Publicité

Les citoyens ne sont pas "exemptés du respect de ces règles. Il est donc préférable de s’abstenir de toute activité de propagande la veille et le jour du scrutin", estime le Conseil constitutionnel, cité par Libération.  

3750 euros d'amende

Publier un message de soutien au candidat que vous préférez, mettre son programme en avant ou relayer son affiche électorale sur les réseaux sociaux pourra alors coûter cher à ceux qui enfreignent cette loi : une peine d'amende de 3750 euros est prévue pour cela. Vous êtes seulement autorisé à dire pour qui vous allez voter, sans pour autant vous attarder sur le programme. 

Si jamais vous avez tweeté ou publié un message de propagande sur Facebook durant cette période, le mieux est de le supprimer rapidement. Dans le cas contraire, vous vous exposez à des sanctions, même si le contrôle des réseaux sociaux s'annonce difficile.