Présidentielle 2017 : un candidat arrivé deuxième au premier tour a-t-il déjà été élu président ?AFP
Dimanche soir, Marine Le Pen a été privée d'une dynamique en arrivant deuxième du premier tour de l'élection présidentielle. Mais un candidat a-t-il pu inverser la vapeur lors des dernières présidentielles ?

Dimanche soir, Emmanuel Macron a remporté son pari en se hissant à la première place du premier tour de l'élection présidentielle avec 24 % des suffrages. Pas très loin derrière, avec 21,3 % des suffrages, Marine Le Pen est arrivée seconde, se privant ainsi d'une dynamique dès le soir du premier tour.

Selon les sondages, la présidente du FN est donnée perdante au soir du second tour avec 36 % des voix, contre 64 % donc pour le candidat soutenu par "En marche !".

A lire aussi Présidentielle 2017 : qui sont les Français qui ont voté pour Macron ou Le Pen ?

Publicité
Publicité

Est-ce à dire que Marine Le Pen n'a aucune chance ? Pas si sûr si l'on regarde les précédentes élections présidentielles. Car deux candidats arrivés en seconde place à l'issu du premier tour ont déjà réussi à dépasser la barre des 50 % le soir du second.

Mitterrand et Chirac ont réussi à inverser la vapeur

Ce fut le cas en premier de François Mitterrand (PS) lors de l'élection présidentielle de 1981. Arrivé deuxième avec 25,85 % des voix contre 28,32% pour Valéry Giscard d'Estaing (UDF), il l'avait emporté sur son adversaire avec 51,76 %. A noter qu'en 1974, c'était l'inverse qui s'était produit : Mitterrand était arrivé en tête au premier tour et avait échoué au second tour, à quelques voix de son adversaire (49,19 % - 50,81 %).

Ce fut enfin le cas de Jacques Chirac (RPR) lors de l'élection présidentielle de 1995. Arrivé deuxième au premier tour avec 20,84 % des voix contre 23,30 % pour Lionel Jospin (PS), il l'avait emporté sur son adversaire avec 52,64 %. Tout comme son prédécesseur, il était alors devenu président pour la première fois malgré cette seconde place au premier tour. 

Vidéo sur le même thème : Présidentielle en France : la déroute des partis traditionnels