Alors que sa fille vient de se qualifier pour le second tour de la présidentielle, comme lui en 2002, le fondateur du FN a promis de tenir un discours offensif contre Emmanuel Macron lors du rassemblement du 1er mai.
AFP

Comme lui en 2002, sa fille vient d'accéder au second tour de l'élection présidentielle, quinze ans après. Dimanche soir, Jean-Marie Le Pen a pu observer avec satisfaction le visage de Marine Le Pen s'afficher à l'écran au côté d'Emmanuel Macron.

Mais quel rôle tient-il dans la campagne de sa fille ? Au journal 20 minutes, qui a assisté à la soirée électorale au domaine de Montretout (Hauts-de-Seine), Jany Le Pen, la femme du patriarche, a confié que ce dernier et sa fille sont toujours en froid. "Leur relation est distante, froide, et douloureuse  pour nous tous. Jean-Marie est dans l’attente d’un geste de sa fille, je pense que c’est une grande perte pour elle de ne pas l’avoir dans sa garde rapprochée, a-t-elle confié. C’est un homme brillant, qui a été un père merveilleux pour ses enfants. Tout ça, ça ne s’oublie pas quand on aime ses parents. Peut-être que la soirée va aider à ce rapprochement, il faut l’espérer."

A lire aussi Connaissez-vous bien les programmes de Macron et Le Pen ?

Il promet un discours anti-Macron le 1er mai

Est-il jaloux du score de sa fille ? "Jaloux, moi ? Ca va pas !", a-t-il lancé aux journalistes présents à Montretout. Il a d'ailleurs déclaré être "content que la candidate nationale passe au second tour, contre le candidat du système, celui de l’appareil qui a mené le pays à sa ruine lors des 40 dernières années. Macron, c’était l’adversaire que Marine voulait affronter."

Le "Menhir" a tout de même pris soin de rappeler que sa fille "(lui) doit certainement d’avoir donné l’exemple ces 40 dernières années."

Quant à savoir le rôle qu'il aura dans cette campagne d'entre-deux-tours, celui-ci a livré un indice quand on lui a demandé quelle stratégie devait désormais avoir Marine Le Pen. "Je n’en sais rien, je ne fais pas partie de l’entourage (rires)." Toutefois, à BFMtv, il a déclaré vouloir faire un discours anti-Macron lors du rassemblement frontiste du 1er mai. "Je pense qu'après notre réunion du 1er mai, notre défilé, et le discours que je prononcerai place des Pyramides, il aura peut-être quelques soucis à se faire pour maintenir son image de rassembleur”, a-t-il promis.

Vidéo sur le même thème : Présidentielle 2017: la déclaration de Marine Le Pen en intégralité 

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Vidéo : Incroyable : un zèbre à pois découvert au Kenya !