La CNSA (Caisse nationale de solidarité active) est-elle le seul organisme à même d'être l'"opérateur pivot" potentiel de cette réforme, comme vous le préconisiez dans votre rapport?

Indépendamment du fait que je sois membre de son conseil, je trouve que c’est un organisme original, et il me semble être tout a fait approprié pour être l’opérateur pivot de la mise en place du cinquième risque. D’abord parce qu’il connaît bien le sujet, mais aussi parce que que la gestion de ce risque est tout à fait originale. Elle nécessite à la fois un aspect centralisé et un aspect de proximité. L’Etat doit assurer la couverture du risque et un traitement homogène à travers le territoire…

Il faut aussi bien comprendre que si une maladie se prête à des protocoles, la dépendance est très individualisée : elle a autant de formes ou presque que d’individus. Elle se soigne non par des médicaments, mais par la définition d’un panier de soins, ce qui implique une gestion de proximité.

Pour rappel, lorsque la CNSA a été créée en 2004, en liaison avec la création de l’APA, il y a eu beaucoup de sceptiques. Au bout de deux ans d’une gestion remarquable avec Alain Cordier comme président et Denis Piveteau comme directeur général, la CNSA n’était plus contestée.

Vous avez envie de lancer votre projet ? De créer votre entreprise ? Découvrez la formation prise en charge à 100% par l'état >

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.