Sommaire

Affaire Clearstream

© maxpppEn mai 2006, Dominique de Villepin est mis en cause dans l'affaire Clearstream. On lui reproche d'avoir joué un rôle ambigu après avoir été informé, en 2004, de l'existence de fichiers compromettants : ministre des Affaires étrangères à cette époque, il aurait été averti, sans tenter d’y remédier, de la création d’un faux listing de comptes bancaires occultes, comprenant notamment le nom de Nicolas Sarkozy…

Le 27 juillet 2007, Dominique de Villepin est mis en examen pour complicité de dénonciation calomnieuse, recel de vol, recel d'abus de confiance et complicité d'usage de faux.

Le procès s'ouvre le 21 septembre 2009. À son arrivée au tribunal, l’accusé – qui nie avoir eu connaissance des listings – déclare que sa présence ici  n’est due qu'à "l'acharnement d'un homme, Nicolas Sarkozy, qui est aussi président de la République française".

Le 28 janvier 2010, il est relaxé par le tribunal correctionnel de Paris de tous les chefs d'accusation pesants contre lui.

Le procureur de la République de Paris fait appel de cette décision. Ce à quoi de Villepin répond, dès le lendemain sur RTL (le 29 janvier) : "Ce qu'elle montre cette décision (de faire appel ndlr), c'est qu'un homme, Nicolas Sarkozy, le président de la République, préfère persévérer dans son acharnement, dans sa haine, plutôt que d'assumer la responsabilité de sa fonction, c'est-à-dire de défendre des institutions." 

De son côté, Nicolas Sarkozy, qui avait promis de pendre le coupable "à un croc de boucher" fait savoir qu'il ne sera pas représenté lors du procès en appel. 

Ce procès se tient devant la cour d'appel de Paris du 2 au 26 mai 2011.

À l'issue des débats, le parquet requiert 15 mois de prison contre Dominique de Villepin.

Il est finalement relaxé définitivement le 14 septembre 2011.

 

A sa sortie du tribunal, de Villepin déclare alors "Après six années d'un acharnement sans précédent, après six années d'épreuves pour ma famille, la justice a reconnu pour la deuxième fois mon innocence. Je veux saluer l'indépendance de notre justice qui a su résister face aux pressions politiques." 

© MaxPPP

Retrouvez vos produits et commandez en ligne ! High-Tech, Cuisine & Maison et Bien-être, retrouvez nos offres !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.