Pouvoir d'achat, kesaco ?

Fabrice Lenglart insiste sur la définition de la notion de pouvoir d'achat : "''Lorsque l'Insee parle du pouvoir d'achat, c'est de l'ensemble des revenus distribués à l'ensemble des Français minorés des impôts, taxes et contributions sociales, soit une grandeur macro-économique qui ne rend pas compte des situations individuelles et qui a augmenté de 2 % par an sur les 20 dernières années.

Publicité
Publicité

On ramène aussi le pouvoir d'achat au nombre de personnes dans le foyer, on parle alors de "pouvoir d'achat des ménages foyer par unité de consommation", là on arrive à une augmentation de 1,1 %''.''Par contre, il est évident que le pouvoir d'achat des ménages n'est pas celui d'un ménage… Il est donc important d'y apporter des données individualisées. Nous y travaillons et notamment sur la notion du "revenu arbitral". Le revenu minoré des dépenses "pré-engagées", loyers, abonnements EDF-GDF, de téléphonie, etc. Il représente plus fidèlement ce que les ménages ont en tête, et ce qui leur reste à dépenser ou à économiser chaque mois. Reste enfin qu'il existe un problème récurrent d'assimilation du pouvoir d'achat à l'évolution des prix, et uniquement des prix, dans l'esprit du public''".