Le Monde révèle ce lundi que la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique qui suspecte Yamina Benguigui d'avoir menti sur sa déclaration de patrimoine pourrait saisir le procureur de Paris de l'affaire.
©AFP

Mise à jour à 17h :  Yamina Benguigui est appelée par la nouvelle maire de Paris, Anne Hidago, à démissionner de son siège de conseillère de Paris. Cette dernière avait déjà indiqué son intention de l'évincer si les soupçons pesant sur elle persistaient.

Me Martine Malinbaum, l’avocat de la ministre déléguée à la Francophonie a démenti lundi toute fraude "de quelque nature que ce soit, ni enrichissement personnel : le patrimoine de Mme Benguigui est parfaitement connu et régulièrement déclaré auprès de l’administration fiscale".

La ministre de la Francophonie, fraîchement élue sur la liste socialiste du Xe arrondissement de Paris, est suspectée d’avoir menti à différentes reprises sur sa déclaration de patrimoine. Selon le journal Le Monde, Jean-Louis Nadal, le président de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique devrait saisir, ce lundi, le procureur de Paris du cas de la ministre. Cette dernière est accusée "d'omission d'une partie substantielle ou d'évaluation mensongère" de son patrimoine.La Haute Autorité a annoncé qu’elle avait "un doute sérieux quant à l'exhaustivité, l'exactitude et la sincérité" des déclarations de patrimoine de la ministre déléguée à la Francophonie qu'elle a déposées en 2012, 2013 et 2014".En effet, il lui est reproché d'avoir omis de déclarer qu'elle était, depuis 2005, copropriétaire d'une société anonyme de droit belge, G2. Cette holding est actionnaire à 99 % de sa société de production Bandits productions.

Trois ans d’emprisonnement

Ces faits constituant potentiellement une infraction pénale, la Haute Autorité les a donc portés à la connaissance du procureur général de Paris. Au regard de la nouvelle loi sur la transparence de la vie politique, adoptée en octobre 2013 à la suite de l’affaire Cahuzac, la ministre risquerait, si les faits reprochés sont avérés, 3 ans d’emprisonnement, 45 000 euros d’amende et l’interdiction des droits civiques pour un maximum de 10 ans.

Vers la mi-mars, Yamina Benguigui avait été accusé par Marianne puis par Le Canard enchaîné d’avoir menti, ce qu’elle avait "démentie formellement".

Vidéo sur le même thème : retour sur l'affaire Cahuzac

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !