Emmanuel Macron s’est énervé contre des infirmières qui protestaient contre la baisse des moyens des hôpitaux. Découvrez ce passage houleux en vidéo. 

En visite au Centre Hospitalier Universitaire de Rouen, Emmanuel Macron a rencontré le personnel du service consacré à la détection précoce des enfants atteint d’autisme. Le chef de l’Etat a subi la colère de deux infirmières. La séquence houleuse a été filmée par France 3 Normandie.

D’abord très compréhensif malgré l’hostilité du personnel soignant, le président de la République a finalement perdu son calme et a haussé le ton.

"Il y a 3-4% d'augmentation de croissance d'activité et -2% de budget pour la santé cette année", s’est indigné une infirmière. "L'activité des hôpitaux en France a baissé de 2% alors qu'on augmente les budgets", a répondu la ministre de la Santé Agnès Buzyn, également sur les lieux. "Ce n'est pas vrai, il n'y a pas moins d'activité, y a des patients qu'on ne peut pas suivre", a rétorqué l'infirmière.

Emmanuel Macron est finalement intervenu : "Les budgets sont en hausse. Je peux vous le dire les yeux dans les yeux, j’assume ce choix", avant d’ajouter qu’il serait faux de dire que l’on peut dépenser l’argent sans regarder, qu’il faut le dépenser intelligemment et efficacement. "Des postes, des postes, parce qu'on manque de personnel !", s'est écrié l'autre infirmière. "Il y a des catégories de postes où il faut le faire [...] et des réorganisations à faire", lui a répondu le président de la République. "Les réorganisations, c'est des fermetures et des suppressions de postes" a finalement lâché l’aide-soignante.

Un échange agité

Emmanuel Macron a commencé à avoir un ton plus offensif et a réprimandé le personnel soignant : "Vous parlez, je vous écoute, et j'ai la courtoisie, alors que vous ne m'avez pas serré la main, de vous répondre et de parler avec vous". "Moi, je ne vous serrerai pas la main, pour moi vous êtes ...." "Non parce que moi je suis courtois", la coupe Emmanuel Macron, "vous non !" Alors que le chef de l’Etat semble vouloir clore la discussion, l’une des infirmières a finalement le dernier mot et lui lance qu'elle est là, tous les jours, à 5 heures du matin, "pour ces gens-là".

Publicité
Face à ces réclamations, le chef de l’Etat a révélé quelques éléments du prochain plan sur les hôpitaux, aux journalistes. Il a promis de prochaines "décisions très importantes d'ici l'été", afin d’améliorer la situation dans les hôpitaux. "Le tarif à l'activité a montré ses limites, on souhaite l'abandonner. On doit répondre à ces situations critiques. Nous serons au rendez-vous", a-t-il assuré.

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité