Lors de sa toute première rencontre avec Vladimir Poutine en tant que président de la République en 2007, Nicolas Sarkozy avait donné l'impression aux journalistes d'avoir beaucoup trop bu. En réalité, le chef de l'Etat était "sous le choc". Découvrez ce qui s'était passé juste avant. 
©AFPAFP

En 2007, quelques semaines seulement après sa victoire, Nicolas Sarkozy s’envolait en Allemagne pour assister au G8. Là, le tout nouveau président français s’était entretenu en tête-à-tête avec son homologue russe, Vladimir Poutine. Un entretien qui avait ensuite débouché sur une conférence de presse au cours de laquelle le Français avait adopté une attitude quelque peu troublante. Sur les images, on peut en effet le voir sourire étrangement et s’adresser de manière absente aux journalistes. Si bien que ces derniers avaient aussitôt cru que les deux de l’Etat avaient largement arrosé leur rencontre et que Nicolas Sarkozy était tout simplement ivre. Cette impression avait d’ailleurs été largement commentée dans la presse et amusé les commentateurs politiques.

A lire aussi – Qui est la fille cadette de Vladimir Poutine, longtemps restée cachée ? 

Il venait d’être mis "K-O debout" par Vladimir Poutine

Dans un reportage diffusé jeudi soir sur France 2, le journaliste Nicolas Hénin a en effet rétabli la vérité sur cet épisode. Selon lui, Nicolas Sarkozy n’était absolument pas ivre. "Les commentateurs de l'époque avait oublié que Vladimir Poutine ne boit pas ou pratiquement pas. Et Nicolas Sarkozy n'ont plus d'ailleurs", a-t-il souligné avant d’expliquer que l’attitude du président français était due à la nature de son échange avec son homologue russe. Toujours d’après lui, au cours de leur tête-à-tête, Nicolas Sarkozy aurait pris la parole le premier "très sûr de lui". "Avec moi, on va parler des sujets qui fâchent", aurait-il lâché avant d’énumérer "les centaines de morts en Tchétchénie" ou encore la journaliste Anna Politkovskaïa, assassinée à Moscou en 2006.

Vladirmir Poutine serait d'abord resté de marbre un long moment. Puis, il lui aurait lâché : "C’est bon, t’as fini là ? (…) Alors, maintenant de deux choses l’une, ou bien tu continues sur ce ton et je t’écrase ou alors tu arrêtes de parler comme ça et tu verras". Un discours "ponctué d’insultes" et de "propos humiliants" qui aurait laissé le locataire de l’Elysée "éberlué". Il venait d’être mis "K-O debout" par Vladimir Poutine, a commenté Nicolas Hénin. C’est donc "sous le choc" et absolument pas ivre que Nicolas Sarkozy a ensuite fait face aux journalistes.

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Vidéo : La Française des jeux enclenche officiellement son processus de privatisation