Ce jeudi matin, lors de la passation avec la nouvelle garde des Sceaux, Nicole Belloubet, le maire de Pau a dressé le bilan de son passage au ministère. Il a notamment mis en avant une réalisation plutôt étonnante.

Ce jeudi matin, François Bayrou a officiellement quitté son poste de garde des Sceaux lors de la passation de pouvoirs. Au cours de celle-ci, il a laissé sa place à Nicole Belloubet, nommée mercredi soir dans le nouveau gouvernement. A cette occasion, il a dressé, dans son discours, le bilan de son bref passage au ministère de la Justice pendant lequel il a expliqué avoir "beaucoup, beaucoup agi".

Après avoir souhaité la bienvenue à celle qui va lui succéder, il a évoqué les projets qu’il a menés dont une réalisation qui a semblé lui tenir particulièrement à cœur. "Une de mes fiertés est d’avoir pu mettre la climatisation dans le bureau des chauffeurs, ce qui n’avait pas été fait depuis plusieurs décennies", a-t-il déclaré à la fin de son allocution (voir l'extrait en vidéo ci-dessus).

A lire aussiRemaniement : qui sont les ministres du gouvernement Edouard Philippe II ?

Publicité
Des "lobbies" qui "chercheront à retard ou à annihiler le travail de réforme"

Outre ce point étonnant, François Bayrou a également mis en avant le travail accompli autour de la loi dit de "moralisation de la vie publique" dont il est à l’origine. "En quelques semaines, nous avons pu mettre sur pied, élaborer et faire adopter au Conseil des ministres le projet de loi sur le rétablissement de la confiance du citoyen dans la démocratie (…). C’est une réforme, un travail en profondeur dont vous allez avoir la charge de le présenter au parlement et de le faire adopter", a-t-il indiqué à l’attention de Nicole Belloubet.

A ce sujet, il a mis en garde la nouvelle garde des Sceaux contre les "lobbies" et "tous ceux qui pour une raison ou une autre (…) chercheront à retarder ou à annihiler le travail de réforme que le projet de loi propose". Le président du MoDem l’a aussi avertie au sujet "d'un certain nombre de résistances explicites ou plus souvent encore implicites" qu’elle pourrait rencontrer. "D’où je serai, je vous y aiderai de toutes mes forces", a-t-il cependant précisé. Une formule qu'il a répétée à plusieurs reprises pendant son intervention, insistant sur l'aide qu'il souhaiterait lui apporter.

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité