Selon Le Canard Enchaîné, le député-maire UMP de Saint-Raphaël (Var), Georges Ginesta a déclaré sa résidence personnelle comme permanence. Il a pu ainsi recevoir l'indemnité représentative de frais de mandat : 6278 euros par mois brut.
©Capture écran Youtube

Vous avez dit une fraude ? Le député-maire de Saint-Raphaël (Var) Georges Ginesta s’est fait épinglé mercredi par Le Canard Enchaîné. En effet l’hebdomadaire satirique révèle que la permanence déclarée par l’élu est en réalité sa demeure personnelle. Une disposition qui lui permet ainsi de toucher, malgré tout, l’indemnité représentative de frais de mandat : soit 6278 euros brut par mois. Cette indemnité est censée couvrir les dépenses de fonctionnements de la permanence (fournitures, dépenses téléphoniques, loyer).

• Lire aussi : Affaire Bygmalion : nouveau coup de sang de Patrick Balkany

Une fraude à l’Etat ?

Or le député n’a jamais reçu un seul des citoyens qu’il représente dans sa permanence, a rapporté Le Canard. Quant à la villa du député, elle est désormais en vente dans une agence locale du Var. Cette dernière décrit la propriété comme "une superbe villa" de 240 m², laquelle a une "très belle vue sur la mer de toutes les pièces principales" mais également une "vaste terrasse couverte surplombant la piscine à débordement". L’annonce vante également une "chambre de maître de 42 m² ouvrant sur une terrasse privative", de "très beaux éléments de décoration et de ferronnerie d’art". Et pour le clou du spectacle : "2373 m² de superbe jardin clos et paysagé avec arrosage automatique". Soit le tout pour la modique somme de…2 520 000 euros !

A voir sur ce thème : le bras d’honneur de Patrick Balkany au Petit Journal

Faites une action inoubliable : en savoir plus sur le leg Unicef

Vidéo : Le bras d'honneur de Patrick Balkany au Petit Journal

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.