L’été est mis à profit pour préparer la rentrée politique

Il faut dire que les vacances des chefs d’Etat sont loin d’être de tout repos. "La délocalisation de l’Elysée est de plus en plus importante. Emmanuel Macron est briefé tous les jours à distance. Un aide de camp est également présent pour l’assister au quotidien. Il y a une véritable continuité technique et physique de l’action de l’Elysée en vacances", détaille Yaël Goosz. Récemment interrogée sur RTL, Brigitte Macron n’en disait pas moins : "le fort de Brégançon, c’est l’Élysée au bord de la mer".

Les chefs d’Etat peuvent toutefois profiter de leurs vacances pour passer plus de temps en famille ou faire du sport, comme l’illustrent les nombreuses photos de Nicolas Sarkozy en plein footing dans le Var. Mais la politique n’est jamais loin. "L’été est mis à profit pour préparer la suite. Les vacances d’Emmanuel Macron en Provence-Alpes-Côte d’Azur seront certainement l’occasion pour lui d’obtenir des rendez-vous discrets avec des maires de la région afin de préparer les élections municipales", confie Yaël Goosz.

L’actuel président n’est pas le premier à être adepte de ce genre de rencontres à l’abri des regards. Selon le journaliste, "lors de ses vacances au Cap Nègre en 2010, Nicolas Sarkozy organisait des pourparlers secrets avec des ministres en vacances dans la région qui essayaient de se faire voir du président en utilisant le quotidien La Provence pour lui faire passer des messages". Finalement, c’est la formule de François Hollande qui semble le mieux résumer l’été des présidents : "en vacances, il faut savoir décrocher mais jamais raccrocher".