Après la nommination du consul à Los Angeles, la publication d'un décret semble avantager de nouveau un proche d'Emmanuel Macron. De quoi s'agit-il ?
AFP

Soupçon de favoritisme d’Emmanuel Macron : une camarade de promotion avantagée ?

Un décret publié ce mercredi 3 octobre dans le compte rendu du conseil des ministres vient modifier les règles de nomination des recteurs. Coïncidence ou pas, ce texte avantage une camarade de promotion de l’ENA d’Emmanuel Macron. Ces modifications ne sont pas passées inaperçues chez les universitaires comme le révèle L’Obs. Le journal indique que cette modification va permettre à Charline Avenel, énarque de la promotion Senghor tout comme le chef de l’Etat, d’être placée à la tête de l’académie de Versailles.

Avant la publication de ce décret, seulement six recteurs d’académie sur trente pouvaient être nommés sans avoir de doctorat. Plus précisément, le texte fait référence aux "personnes non titulaires de l’habilitation à diriger des recherches". Désormais, ce nombre passe à douze, soit à 40% du total d’emplois de recteurs. L’objectif affiché est de "diversifier le vivier de recrutement des recteurs, pour mieux répondre aux exigences nouvelles du métier".

A lire aussi : Emmanuel Macron : pourquoi le départ de Collomb est une très mauvaise nouvelle

Soupçon de favoritisme d’Emmanuel Macron : L'Elysée réagit

En réaction à l’article de L’Obs, l’Elysée explique que l’assouplissement des règles a été souhaité par le président de la République "bien avant que Charline Avenel ne soit dans les radars". Et d’ajouter que c’est Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Education nationale, "qui a souhaité la nommer à Versailles".

Les compétences de l’énarque de 42 ans ne sont pas remises en causes. Le journal indique qu’elle connaît le monde universitaire à travers ses expériences au sein du ministère de l’Enseignement supérieur et à Sciences-Po. Toutefois, elle n’a jamais dirigé d’académie. C’est ce que lui reprochent des universitaires. D’autant plus que l’académie de Versailles est la plus grosse de France avec plus d’un million d’élèves et qu’elle est traditionnellement réservée à des recteurs d’expérience.

Problème, selon L’Obs, il s’agirait d’un texte de circonstance qui rappelle la nomination de Philippe Besson en tant que consul à Los Angeles. L'écrivain, auteur d'un ouvrage relatant l'ascension au pouvoir d'Emmanuel Macron, a bénéficié de ce poste alors qu'il n'est pas diplomate.

Vidéo : Brigitte Macron : pourquoi les Anglais l'apprécient-ils autant ?

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.