L'une des plus grosses erreurs du gouvernement aurait de ne pas avoir assez expliqué son action, juge le président du groupe LREM à l'Assemblée nationale. Un reproche qui passe assez mal…
AFP

"Trop intelligents, trop subtils" : la dernière sortie du président du groupe LREM à l’Assemblée nationale

Sur le plateau de l’émission Territoires d’info (Public Sénat), Gilles Le Gendre s’est exprimé ce lundi 17 décembre sur l’action du gouvernement et de la majorité. Président du groupe La République en Marche (LREM) à l’Assemblée nationale, il a estimé que l’un des principaux travers de l’exécutif et des députés LREM est d’avoir "insuffisamment expliqué" les réformes décidées par le président de la République.

"Souvent on nous reproche d’avoir trop fait, trop vite. Je n’accepte pas ce reproche", a-t-il commencé avant d’affirmer que deux erreurs avaient été commises. "Je pense que nous avons insuffisamment expliqué ce que nous faisons. […] Et puis, il y a une deuxième erreur, dont nous portons tous la responsabilité, moi y compris je ne me pose pas en censeur, c’est le fait d’avoir été probablement trop intelligent, trop subtil, trop technique dans les mesures de pouvoir d’achat", a déclaré le président du groupe majoritaire à l’Assemblée nationale. Non sans ajouter : "Nous avons saucissonné toutes les mesures favorables de pouvoir d’achat dans le temps, c’était justifié par la situation des finances publiques, mais manifestement ça n’a pas été compris", a-t-il conclu.

"Trop intelligents, trop subtils" : une déclaration qui nourrit le procès en arrogance contre LREM ?

Cette déclaration survient alors que de nombreux Français – parmi lesquels on retrouve notamment des élus de La République en Marche souligne BFMTV – pointent du doigt l’arrogance du gouvernement et tout particulièrement d’Emmanuel Macron. "Je nierai vous l’avoir dit mais voilà ce que je pense : 80% du bordel des ‘gilets jaunes’ est le résultat des petites phrases du chef de l’Etat depuis six mois", juge un parlementaire LREM. "Avec son arrogance, Macron déchire la France", juge pour sa part François Ruffin. Et le président de la République n’est pas le seul visé : en décembre 2017, Christophe Castaner reconnaissait déjà "une forme d’arrogance" émanant des députés de la majorité, rappelle Paris Match.

Cette dernière sortie a, naturellement, agacé un certains nombre d’internautes. Certains sont des élus, d’autres n’occupent aucun mandat. Tous, en revanche, déplorent le manque d’humilité du patron du groupe LREM…

Vidéo : Brigitte Macron ne va pas bien : on sait pourquoi

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.