Une décision vécue comme une trahison. Après la démission des Républicains de la chef de file du parti au Conseil de Paris, Rachida Dati n'a pas mâché ses mots.
AFP
"En 2014, elle s'est roulée par terre pour avoir l'étiquette LR (...) franchement, je trouve ça pathétique".

Enervée par la démission ce week-end de Florence Berthout, Rachida Dati a vivement réagi au micro de BFM Paris, à l'ouverture d'une session du Conseil de Paris, ce mardi 11 juin 2019.

Publicité

Quelques heures seulement après l’annonce de la désormais ex-présidente du groupe LRI au Conseil de Paris, l’ancienne ministre exprime ses ressentiments envers son ancienne collègue.

Publicité

Une véritable "trahison"

Plus "en phase" avec la ligne des Républicains, qui subit selon elle un "rétrécissement idéologique", Florence Berthout a expliqué préférer démissionner. L’élue a d’ailleurs indiqué se sentir à présent plus proche de la majorité présidentielle. Une attitude incompréhensible pour la maire du 7e arrondissement qui qualifie cette stratégie de "perdante-perdante". Ce comportement, qu’elle juge inacceptable, elle le qualifie de véritable "trahison".

"Les électeurs de la droite et du centre dans son arrondissement sont écœurés".

Publicité
"En plus elle n'a jamais été approchée par En marche, c'est une anticipation. C'est comme les traîtres, il y a des gens qui trahissent sans qu'on leur demande quoi que ce soit. Je pense que des gens qui trahissent trahiront de nouveau", ajoute amèrement la candidate à la mairie de Paris.

Depuis le revers européen, le parti de droite fait face à une crise inédite et les départs se font en série. Laurent Wauquiez a quitté le navire, tout comme Valérie Pécresse. Autres démissionnaires ? La maire du 9e arrondissement Delphine Bürkli et plusieurs membres du groupe LRI, qui ont préféré claquer la porte pour rejoindre le groupe 100% Paris de Pierre-Yves Bournazel.

Publicité

Vidéo en lien avec la thématique : Paris 2020 : La candidature de Rachida Dati fait débat chez les Républicains