Interrogée sur les révélations faites par les Etats-Unis concernant les exactions commises par la CIA, Marine Le Pen a estimé qu'il "est utile de faire parler la personne".
© Capture BFMTV

Entre la libération de Serge Lazarevic et la transparence faite par les États-Unis à l’égard des tortures commises par la CIA, Marine Le Pen avait peu de chances d’échapper à ces sujets internationaux. Invitée ce mercredi 10 décembre sur le plateau de BFM TV, la présidente du FN a donc été interrogée sur le traitement infligé par l’agence américaine aux personnes suspectées de terrorisme.

Lire aussi : Quand Marine Le Pen compare sa famille à celle des Kennedy

"Moi, je crois que les gens qui s'occupent des terroristes et accessoirement de leur tirer des informations, lorsque ces informations leur permettent de sauver des vies civiles, sont des gens qui sont responsables" a-t-elle affirmé. Voulant s’assurer du fond de la pensée de Marine Le Pen au sujet de la torture, Jean-Jacques Bourdin a répété sa question. Réponse de l’intéressée : "il peut y avoir des cas où quand une bombe doit exploser dans une heure ou dans deux heures et peut faire 200 ou 300 victimes civiles, il est utile de faire parler la personne pour savoir où est la bombe".

Alors, en torturant les prisonniers ? "Avec les moyens qu’on peut" poursuit sans ciller Marine Le Pen. Une bienveillance envers l’extorsion d’aveux qui fait écho aux nombreuses déclarations de son père.

En effet, la carrière politique de Jean-Marie Le Pen est jonchée d’affirmations allant dans ce sens. Comme le rappelle Le Monde, le président d’honneur du Front National affirmait dans les colonnes du quotidien en 1987 : " s’il faut torturer un homme un homme pour en sauver cent, user de violences pour découvrir un nid de bombes, la torture est inévitable". De surcroît, Le Lab rappelle que Jean-Marie Le Pen avait voté contre l’éradication de la torture au Parlement européen.

Sur Twitter, Marine Le Pen a dénoncé une "interprétation malveillante" de ses propos. "Interprétation malveillante"… Encore une expression piquée à son père dont il s'était servi lors de la polémique de la "fournée". Décidemment...

Vidéo sur le même thème : Marine Le Pen : "Sarkozy n'a pas changé, et tant mieux."

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Vidéo : La Française des jeux enclenche officiellement son processus de privatisation