Manuel Valls vient de commettre une erreur en voulant défendre la déchance de la nationalité pour les terroristes binationaux. Il n'est cependant pas le premier homme politique a proférer une telle bourde.
"Stéphane Camus", "Macédonie"... : toutes les approximations des politiques© Photomontage Planet.fr
Sommaire

Manuel Valls et la déchéance de la nationalité

© AFP

Afin de défendre la déchéance de la nationalité pour les binationaux convaincus de terrorisme, le Premier ministre a publié une tribune sur son compte Facebook. Une tribune dans laquelle Manuel Valls explique "qu’en Allemagne, la question ne se pose même pas puisque la binationalité n’y est pas autorisée". Cette affirmation est fausse, la binationalité étant autorisée outre-Rhin : Daniel Cohn-Bendit a ainsi pu obtenir récemment la nationalité française en plus de celle allemande. Une erreur que Manuel Valls a corrigée mardi en retirant le passage dans sa tribune.

Nicolas Sarkozy et le faux candidat Républicain

© AFP

Alors qu’il voulait remercier un candidat Républicain arrivé en tête au second tour des régionales, le président du parti de droite a félicité sur Twitter un parfait inconnu. En effet, en voulant remercier Didier Robert, le candidat Les Républicains victorieux à la Réunion, Nicolas Sarkozy s'est trompé de Didier Robert, et a adressé ses félicitations à un utilisateur anonyme du réseau social.

Nicolas Sarkozy et son expression inventée

© AFP

En voulant défendre sa stratégie du "ni-ni" sur le plateau du JT de France 2, Nicolas Sarkozy s'est emmêlé les pinceaux en sortant une expression voulant signifier que deux personnes acceptent de faire chacune des concessions. Alors que la vraie expression est la suivante : "Passez-moi la rhubarbe, je vous passererai le séné", le président des Républicains a déclaré : "Passe-moi la salade, je t'envoie la rhubarbe."

François Hollande et le président burkinabé

© AFP

Au début du mois de décembre, au cours d'une réunion durant la COP21, Le Petit Journal avait repéré que le chef de l’Etat avait confondu le président du Burkina-Faso, Michel Kafando, avec son ministre des Affaires étrangères, Bédializoun Moussa Nebie. "J'aimerais surtout dire combien nous sommes très heureux que les élections au Burkina-Faso se soient passées de manière transparentes (...) Et vous y êtes pour beaucoup Monsieur le président", a alors déclaré François Hollande à l’attention du président de transition burkinabé. Seul problème, celui-ci n’était pas dans la salle à cet instant et, sans le savoir, le chef de l’Etat a en réalité adressé ses félicitations au ministre des Affaires étrangères burkinabé...

Myriam El Khomri et le renouvellement du CDD

© AFP

En novembre dernier, le ministre du Travail avait répondu à Jean-Jacques Bourdin sur BFMtv/RMC que le contrat à durée déterminée (CDD) pouvait être renouvelé "trois fois" alors que ce n'est que deux fois. "J'ai merdé" avait reconnu Myriam El Khomri auprès d'une amie, alors que la polémique enflait sur ses compétences à ce ministère difficile.

Manuel Valls et l’île de La Réunion

Le Premier ministre a semble-t-il quelques difficultés à placer La Réunion sur une carte. Alors qu’il était en déplacement sur l’île en juin dernier, Manuel Valls a déclaré : "La Réunion, c’est le premier département, c’est la première région d’outre-mer. C’est 800 000 habitants, c’est une place majeure dans le Pacifique". Problème : l’île de la Réunion ne se trouve pas dans le Pacifique comme l’a affirmé le chef du gouvernement mais dans l’océan Indien.

Cécile Duflot et le Japon

En 2011, celle qui était alors secrétaire nationale d’Europe Ecologie-Les Verts a commis une bourde de taille : elle a placé le Japon dans l’hémisphère sud. "On ne peut pas le savoir aujourd’hui. La probabilité en France métropolitaine est faible mais on ne peut jamais savoir avec certitude. La météorologie fait que cet accident étant survenu dans l’hémisphère sud, a priori le système de vents reste dans l’hémisphère sud, mais on ne peut pas en être certain", avait-elle répondu au journaliste de  BFM TV qui l’interrogeait sur le risque de radiations en France après l’incident à la centrale nucléaire de Fukushima.

Une bourde que Cécile Duflot avait décidé d’aborder avec le sourire. "En chemin vers i>Télé. Direct à 7h35. Garder les idées claires malgré la fatigue. Objectif : pas confondre le sud et le nord. Guaino et Guéant…", avait-elle ensuite tweeté.

François Fillon et la Seconde Guerre mondiale

Alors qu’il participait à une conférence-débat sur le thème de la lutte contre le terrorisme en avril dernier à Londres, l’ancien Premier ministre  a voulu expliquer pour il était nécessaire que la France s’allie avec les présidents russe et syrien en faisant une comparaison avec une précédente alliance du même type. "En 1940, nous n’avons pas hésité à nous allier à Staline pour vaincre le nazisme et nous avons eu raison de le faire. Aujourd’hui nous devons rassembler tous ceux qui peuvent nous permettre de vaincre le totalitarisme islamique", a-t-il déclaré. Problème : s’il est vrai que les Alliés et l’URSS ont effectivement mis leurs forces en commun pour combattre l’ennemi nazi, la date est en revanche incorrecte. Cette alliance a été conclue en 1942.

François Hollande et le "peuple chinois"

Il y a deux ans, le président de la République a commis un lapsus embarrassant à Tokyo : il a présenté ses condoléances au "peuple chinois" au lieu du peuple japonais. "Je rappelle que le Japon a été frappé comme la France d'ailleurs lors de la prise d'otages en Algérie. J'ai exprimé les condoléances du peuple français à l'égard du peuple chinois", a-t-il déclaré.

Nicolas Sarkozy et "Quatre-vingt-treize"

Au début du mois dernier, Nicolas Sarkozy s’est vanté sur Twitter d’avoir relu le "magnifique livre" de Victor Hugo 1793. Problème : le titre de l’ouvrage est Quatre-vingt-treize. Il y était presque.

François Hollande et la Macédonie

En 2013, lors d’un déplacement à Ljubljana en Slovénie, le président François Hollande s’est permis d’inventer un nouveau pays : la Macédonie. Nul doute que le chef de l’Etat voulait alors parler de la Macédoine.

Quelques mois plus tôt, le chef de l’Etat avait évoqué la Tunisie pour parler de l’Egypte. 

Quand Emmanuel Macron se trompe en citant Mao Zedong

Interrogé par La Dépêche du Midi sur l’existence ou non d’une différence de politique économique entre la gauche et la droite, Emmanuel Macron aurait mieux fait de ne pas philosopher. "Comme disait Mao ‘peu importe que le chat soit noir ou blanc, tant qu'il attrape des souris’. Ce qui m'importe, c'est de créer des opportunités, particulièrement pour ceux qui en ont aujourd'hui le moins", a répondu le ministre de l’Economie. Petit problème, cette citation n’est pas du fondateur de la République populaire de Chine mais de Deng Xiaoping, surnommé le "petit timonier". C’est notamment lui qui fit entrer la Chine dans "l’économie socialiste de marché". Il est également considéré comme étant à l’origine du développement économique du pays. Un présage de bon augure pour le ministre ?

La bourde de Nicolas Sarkozy sur un livre de Victor Hugo

En mai dernier, Nicolas Sarkozy se vantait sur Twitter d’avoir relu "le magnifique livre" de Victor Hugo "1793". Sauf que le titre de l’ouvrage est "Quatrevingt-treize". Il y était presque. Cette bourde avait évidemment provoqué les moqueries des internautes. "Je relisais ce magnifique livre de Gustave Flaubert : ‘Madame Balkany’", avait notamment raillé l’un d’entre eux, tandis qu’un hashtag  #TweeteCommeSarko avait même été lancé sur Twitter.

A lire aussi - Nicolas Sarkozy : sa bourde sur un livre de Victor Hugo

François Hollande se trompe de Shakespeare

"Ils ont échoué parce qu'ils n'ont pas commencé par le rêve", avait déclaré François Hollande lors d’un meeting au Bourget en 2012. Mais en attribuant la citation à William Shakespeare, le président de la République alors candidat à l’élection présidentielle s’était trompé. En effet, le Shakespeare cité par le chef de l’Etat n’était autre que… Nicholas Shakespeare, un journaliste et écrivain britannique.

Frédéric Lefèbvre cite "Zadig et Voltaire"

Alors secrétaire d’Etat au Commerce, Frédéric Lefèbvre avait confondu le titre d’une œuvre de Voltaire avec le nom d’une célèbre marque de vêtements. "Zadig et Voltaire. C'est une leçon de vie, et je m'y replonge d'ailleurs assez souvent" avait-il ainsi déclaré au salon du livre politique en 2011, mélangeant le livre Zadig de Voltaire avec l’enseigne Zadig et Voltaire. Les internautes s’étaient régalés de ce lapsus. L’un d’entre eux avait notamment ironisé en parlant de Ainsi parlait Zara de Nietzsche (au lieu de Zarathoustra).

A lire aussi - "Zadig et Voltaire" : le lapsus littéraire de Frédéric Lefèbvre

Quand Nicolas Sarkozy fait référence à "Stéphane Camus"

Lors d’un meeting à Avignon en 2012, Nicolas Sarkozy avait rendu hommage à… Stéphane Camus au lieu d’Albert Camus. "C'est pour moi toujours un plaisir de venir ici. Je me sens tellement (…) méditerranéen. Au fond, je ne sais pas pourquoi, c'est peut-être Stéphane Camus ! Mais j'aurais tellement aimé naître sur les bords de la Méditerranée", avait-il ainsi déclaré en référence à l’auteur de L’étranger.

Téléchargez votre guide mutuelle (gratuit) !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.