Six proches de Nicolas Sarkozy viennent d'être renvoyés devant le tribunal correctionnel. Ils seront jugés dans le cadre de l'affaire des sondages de l'Elysée.
Sondages de l'Elysée : Claude Guéant, Patrick Buisson et plusieurs proches de Sarkozy renvoyés en correctionnelleAFP

Six proches de l'ancien président Nicolas Sarkozy viennent d'être renvoyés devant le tribunal correctionnel par le Parquet national financier (PNF), selon Franceinfo. Les juges leur reprochent notamment leur implication dans l'affaire des sondages de l'Elysée.

Ce scandale concerne des sondages et conseils commandés par l'Elysée entre 2007 et 2011 auprès de plusieurs sociétés pour la somme de 7 millions d'euros. Parmi les personnes inculpées, on compte l'ancien secrétaire général de l'Elysée Claude Guéant, l'ancien conseiller sulfureux de Nicolas Sarkozy Patrick Buisson ou encore l'ancienne directrice de cabinet du président Sarkozy Emmanuelle Mignon.

Ces sondages auraient été frénétiquement commandés par le locataire de l'Elysée, soucieux de son image auprès des Français, pendant quatre ans, et ce sans passer d'appel d'offre. C'est l'association Anticor qui est à l'origine de la plainte, à la suite de la lecture d'un rapport rendu par la Cour des comptes en 2009.

Sondages de l'Elysée : Patrick Buisson dénonce une justice politique

L'Elysée se serait également passé d'appel d'offre en faisant appel à la société de Patrick Buisson pour des "conseils" procurés au président Sarkozy. Ces onéreux services auraient été refacturés à des "prix exorbitants" avec à la clé, un bénéfice de 1,4 million d'euros pour Patrick Buisson, selon le PNF.

Patrick Buisson envisage ainsi de demander "l'annulation de toute cette procédure au motif (qu'il a eu) affaire à un juge d'une partialité évidente", faisant référence au juge Serge Tournaire. Ce magistrat est en effet à l'origine des instructions dans les affaire Bygmalion, Bernard Tapie et François Fillon.

"La discrimination politique est facile à démontrer", estime Patrick Buisson

L'ex-conseiller de Nicolas Sarkozy et ancien directeur de Minute  considère qu'il a "affaire à un juge qui instrumentalise la justice à des fins politiques". "La discrimination politique est facile à démontrer", estime-t-il. "Il y a eu, sous la présidence de Nicolas Sarkozy, 470 prestataires de service. Je suis le seul à être mis en examen et renvoyé en correctionnelle".

"Il n'y avait pas de code de marchés publics qui s'appliquait à l'Elysée, on le sait, puisque c'est Nicolas Sarkozy qui fait venir la Cour des comptes en 2008 pour la première fois", ajoute-t-il. "Avant Sarkozy, les sondages étaient payés sur les fonds secrets en liquide. Donc il y a discrimination. On laisse de côté 470 fournisseurs, on n'en retient qu'un seul, parce que c'est le plus politique d'entre eux, Patrick Buisson, le conseiller sulfureux de Nicolas Sarkozy".

Faites une action inoubliable : en savoir plus sur le leg Unicef

Vidéo : Claude Géant et Patrick Buisson renvoyés en correctionnelle

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.