Sibeth N'Diaye ne semble pas concernée par la grève des transports. Son apparent détachement n'a pas plu à certains usagers.
AFP

Nouveau couac pour Sibeth N'Diaye. "Demain matin, j’utilise ma voiture de fonction, comme tous les jours. Donc je serai de tout cœur avec les Franciliens qui galéreront dans les couloirs du métro", a-t-elle déclaré sur BFMTV, réagissant  à l'annonce de perturbations dans les transports en commun. La porte-parole du gouvernement d'Emmanuel Macron et Edouard Philippe ne semble pas vraiment concernée par la grève à la RATP.

Des propos qui ont déplu à certains usagers ne pouvant bénéficier des privilèges dévolus à une secrétaire d'état porte-parole du gouvernement, note Le Point. Rappelons qu'en région Ile-de-France, 12 millions de trajets en métro sont effectués chaque semaine pour la seule journée de vendredi, selon Le Figaro. Ce vendredi 13 septembre 2019, de nombreuses perturbations ont lieu sur le réseau RATP. Les agents protestent contre la réforme des retraites, qui devrait acter la suppression de leur régime spécial, remplacé par un nouveau régime de retraite moins avantageux.

Sibeth N'Diaye : une habituée des polémiques

Ce n'est pas la première fois que Sibeth N'Diaye se retrouve au coeur d'une polémique. Au lendemain de l'élection présidentielle, en mai 2017, elle apparaît dans un documentaire sur Emmanuel Macron diffusé par TF1. La future porte-parole du gouvernement y déclare devant la caméra que les juifs détiennent un "copyright" sur les crimes contre l'humanité. Elle complète ainsi les propos de Laurence Haïm, qui parle au président de "monopole dans la communauté juive" pour expliquer pourquoi ses propos sur la colonisation de l'Algérie ont pu non seulement choquer les Français rapatriés mais aussi et surtout les juifs de France.

Après la mort de Simone Veil, elle tient également des propos pour le moins ambigus. A un journaliste qui lui demande confirmation sur le décès de la femme politique, Sibeth N'Diaye aurait répondu nonchalemment "Yes, la meuf est dead". La porte-parole du gouvernement a démenti ces propos, rappelle Libération, qui explique avoir consulté le SMS et confirme sa version.

En juin 2018, elle diffuse sur son compte Twitter la vidéo d'une réunion à l'Élysée, dans laquelle Emmanuel Macron déclare : "On met un pognon de dingue dans les minima sociaux et les gens ne s'en sortent pas. Les gens pauvres restent pauvres, ceux qui tombent pauvres restent pauvres". L'expression "pognon de dingue" provoque une polémique.

En pleine affaire De Rugy, elle déclare "Nous sommes tous conscients que tout le monde ne mange pas du homard tous les jours. Bien souvent on mange plutôt des kebabs".

Vidéo : Vendredi noir à la RATP. Quand Sibeth Ndiaye dérape avec sa voiture de fonction

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.