Pour les funérailles de Fidel Castro, samedi, la ministre de l'Environnement a choqué avec un discours un peu trop élogieux. Découvrez les polémiques auxquelles la femme d'État a été confrontée depuis son accession au gouvernement de Manuel Valls.
© AFPAFP

Décembre 2016 : l’enterrement de Fidel Castro

© AFP

Ségolène Royal était invitée à Santiago de Cuba, samedi, pour l’enterrement de Fidel Castro. Au nom de la relation diplomatique cordiale qui unit la France à Cuba, elle a rendu hommage à l'ex-chef d'État dans un discours... un peu trop enflammé.

La ministre de l’Environnement a déclaré que "grâce à Fidel Castro, les Cubains ont récupéré leur territoire, leur vie, leur destin". Elle a même fait référence au dictateur en tant que "monument de l'histoire". Les politiciens français et des organisations non-gouvernementales (ONG) se sont insurgés contre ces louanges, a rapporté France Info.

Fidel Castro était en effet accusé de mépriser des Droits de l’Homme, et d'avoir enfermé arbitrairement des prisonniers politiques. Des accusations démenties par Ségolène Royal, qui a notamment rétorqué : "Quand on demande des listes de prisonniers politiques, on n'en a pas".