Interrogée sur la candidature d'Emmanuel Macron, Ségolène Royal a formulé une réponse tout en sous-entendus. Des propos qui promettent de faire jaser dans son camp. 

Ségolène Royal a voulu rester mystérieuse. Invitée de l’émission "Punchline" dimanche sur C8, la ministre de l’Ecologie a préféré jouer la carte des sous-entendus. Face à Laurence Ferrari qui lui demander quel candidat de la gauche elle allait soutenir pour la primaire, la socialiste a en effet botté en touche en répondant : "Je m’impliquerai forcément dans la campagne (…) De quelle façon et (pour) qui, je ne sais pas encore (…) Rien n’est fermé".

A lire aussi – Ségolène Royal et Emmanuel Macron : quel est ce lien qui les rapproche ?

"Il amène de l’air à la vie politique"

Puis, et toujours avec le même air mystérieux, Ségolène Royal a évoqué son ancien collègue Emmanuel Macron. "Il fait un effort sur comment penser l’avenir de la France dans un monde qui bouge", a-t-elle vanté. C’est quelqu’un qui "amène de l’air à la vie politique", a-t-elle encore ajouté, sans jamais dévoiler ses intentions. Et alors que le meeting qu’il a organisé le weekend dernier a été moqué, notamment à cause de son envolée finale, la ministre n’a pas hésité à prendre sa défense. "Il faut comprendre, je pense, l’ambiance d’un meeting, la fin d’un meeting. Cela ne sert à rien de dénigrer, de moquer", a-t-elle jugé.

Mais si la ministre de l’Ecologie ne tarit pas d’éloges à propos de l’ex-banquier d’affaires, son discours est en revanche plus sombre lorsqu’il s’agit de son ancien chef au gouvernement. Interrogée sur la récente candidature de Manuel Valls, Ségolène Royal a en effet fait le choix de souligner les nombreux désaccords qu’ils ont eus, notamment "sur les choix écologiques", "sur la vision du futur" et même "sur la conception de la gouvernance". 

En vidéo - Vie politique : ce qui sépare Emmanuel Macron de Manuel Valls

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Vidéo : Un avion fait un amerrissage d'urgence sur une plage