Sommaire

Ils sont "tombés dedans quand ils étaient petits" : Ségolène Royal

Elle a failli être la première présidente de la République française – et pourrait peut-être l’être à l’avenir. Actuellement ambassadrice chargée de la négociation internationale pour les pôles arctique et antarctique, Ségolène Royal semble ne pas avoir abandonné ses ambitions politiques.

Pour certains observateurs, elle est d’ailleurs un véritable ovni en la matière, comme l’écrit Libération.

Issue d’une famille conservatrice, dont le père flirt parfois avec l’extrême droite, Ségolène Royal s’engagera tout de même à gauche, pour le Parti Socialiste. C’est en 1978, soit il y a 40 ans, qu’elle y prend sa carte. Elle travaillera un temps au cabinet ministériel de Nicole Questiaux, ministre de la Solidarité nationale sous François Mitterrand.

En 1988, elle interpelle le président le jour de son investiture pour un second septennat. Elle lui demande alors une circonscription dans laquelle se présenter pour les élections du mois suivant. Elle gagne alors la deuxième circonscription des Deux-Sèvres, pourtant réputée imprenable pour la gauche.

Par la suite, elle sera plusieurs fois ministre, sous les gouvernements Bérégovoy (environnement), Jospin (enseignement scolaire auprès du ministre de l’Education nationale), Valls/Cazeneuve (environnement).

Elle est également élue députée des Deux-Sèvres en 1993, 1997 et 2002. Par ailleurs, elle est présidente du conseil régional de Poitou-Charentes 10 ans durant, de 2004 à 2014.

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.