D'après le Canard enchaîné, le président des Républicains aurait tenu des propos injurieux à l'égard du président du Modem.
AFP

Si l’on en croit les informations du Canard enchaîné, Nicolas Sarkozy en voudrait encore terriblement à François Bayrou de ne pas avoir appelé à voter pour lui à la présidentielle de 2012…

On se souvient qu’en avril dernier, Le Parisien rapportait des propos de l’ancien chef de l’Etat plutôt dérangeant. "Bayrou c’est comme le Sida…Quiconque le touche meurt !", aurait dit en privé Nicolas Sarkozy avant que l’intéressé ne démente cette phrase.

Bayrou, content d’être la cible de Sarkozy

Cette fois-ci, le Canard enchaîné raconte que le président des Républicains aurait confié à quelques centristes cette charge sans équivoque à l’égard de François Bayrou : "De toute façon, le bègue, je vais le crever !"

A lire aussiNicolas Sarkozy compare François Bayrou au virus du Sida

Le maire de Pau a en effet souffert de difficultés de prononciation pendant longtemps. Du reste, celui-ci confiait en mars dernier sa satisfaction d’être la cible de Nicolas Sarkozy. "C'est vrai que c'est un nouveau titre de gloire que d'être élevé au rang d'obsession de Nicolas Sarkozy, puisque [dans] tous ses meetings, toutes ses réunions, il y a forcément un passage obligé et de ce point de vue-là, ça donne à sourire et c'est rigolo. Intéressant.", riait-il.

L’entourage de Nicolas Sarkozy dément

Contacté par le Lab d’Europe 1, l’entourage de Nicolas Sarkozy dément ces propos qui lui sont attribués : "Il faudrait cesser de prendre pour argent comptant des citations du Canard Enchaîné qui, par définition, est un journal satirique. Ne faut-il pas de temps en temps tirer des enseignements de cette course à l'échalote de petites phrases sorties de nulle part sans aucune vérification?"

Vidéo sur le même thème  : François Bayrou réaffirme sa fidélité envers Alain Juppé 

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.