Sarkozy à propos de Le Maire : "quand il apparaît à la télé, les Français changent de chaîne ?"©AFP
Alors que Bruno Le Maire a annoncé mercredi sa candidature à la présidence de l’UMP en vue du congrès d’octobre, Nicolas Sarkozy n’aurait pas apprécié cette sortie médiatique. L’Opinion rapporte en effet que l’ancien chef de l’Etat aurait taillé un costume au député UMP de l’Eure.

©

Après Alain Juppé, Jean-Pierre Raffarin, François Fillon, Xavier Bertrand ou encore Laurent Wauquiez, c’est au tour de Bruno Le Maire de se faire prendre en grippe par Nicolas Sarkozy. En effet, l’ancien chef de l’Etat aurait virulemment critiqué le député UMP de l’Eure mercredi, a rapporté L’Opinion. Selon le quotidien, l’ex-locataire de l’Elysée n’aurait pas apprécié la candidature de Bruno Le Maire à la présidence de l’UMP, laquelle aura lieu en octobre prochain lors du congrès exceptionnel du parti .

Publicité
Publicité

• Lire aussi : Sarkozy, Poutine, Merkel: la galerie de portraits d'Hillary Clinton

Une primaire "parfaitement équitable et transparente"

Et ce qui aurait le plus irrité Nicolas Sarkozy, c’est l’engagement passionné de Bruno Le Maire pour des primaires "parfaitement équitable et transparente" pour les prochaines élections présidentielles. Un nouvel obstacle à l’éventuel retour de l’ex-chef d’Etat pour 2017, ce dernier voulant contourner le système des primaires. Une option d’ores et déjà balayée par plusieurs ténors de l’UMP comme Alain Juppé, François Fillon ou encore Xavier Bertrand, déjà candidat pour cette primaire.

Nicolas Sarkozy se serait par ailleurs inquiété de la popularité de Bruno Le Maire. "Tu crois que je ne sais pas que, quand il (Bruno Le Maire) apparaît à la télé, les Français changent de chaîne ?", aurait-il ainsi ironisé.

Nicolas Sarkozy continue ainsi de tacler ses anciens comparses de l'UMP. Une attitude qui pourrait faire défaut à l'ancien chef de l'Etat pour obtenir les soutiens nécessaires en cas de retour en 2017.

A voir sur ce thème : Jean-François Copé démissionne de ka présidence de l'UMP, après l'affaire Bygmalion