L'apparition impromptue de Nicolas Sarkozy au premier rang du cortège des chefs d'Etat a suscité de nombreuses réactions sur Internet. Ce mercredi, ses proches livrent leur version des faits.
© AFPAFP

Grosso modo, il n’y est pour rien. Voilà en substance comment les proches de Nicolas Sarkozy tentent d’expliquer sa présence au sein du premier rang des officiels, lors de la Marche Républicaine dimanche dernier. En effet, ce mercredi 14 janvier, ses soutiens ont pris la parole dans Le Figaro pour désamorcer cette polémique qui a fait beaucoup rire les internautes.

Lire aussi : Après le premier rang du cortège, Nicolas Sarkozy s’incruste sur le perron de l’Elysée

Selon le quotidien, Nicolas Sarkozy aurait raconté à son entourage que c’est François Hollande qui lui a demandé "de venir devant". Un geste bienveillant qui aurait valu au chef d’Etat de se faire qualifier de "très correct" par le président de l’UMP. Le président du Sénat Gérard Larcher lui-même confirme cette version précise Le Figaro.

Par ailleurs, ses proches espèrent "que François Hollande aura l’occasion de confirmer cette version". Une confirmation bien difficile à obtenir lorsque l’on observe attentivement les images. À aucun moment on ne voit François Hollande se retourner pour parler avec Nicolas Sarkozy. Enfin, son attitude sur le perron de l'Elysée ne joue pas vraiment en la faveur de l'ex-chef d'Etat.

 Vidéo sur le même thème : un cortège historique

#JeSuisNico ou quand Internet se moque de l'attitude de Sarkozy

Si Nicolas Sarkozy a fait parler de lui suite à sa présence à la marche républicaine ce dimanche 11 janvier, c'est aussi parce que son intrusion dans la photo des chefs d'Etats a été remarquée. Les internautes se sont emparés de cette image pour "l'incruster" dans d'autres clichés, donnant lieu à des détournements hilarants publiés sur les réseaux sociaux avec le hashtag #JeSuisNico". Voici les plus drôles.

Voir le diaporama
Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Vidéo : La Française des jeux enclenche officiellement son processus de privatisation