Sandrine Rousseau est l’une des quatre femmes à avoir porté plainte contre Denis Baupin pour agression et harcèlement sexuel. Le 27 septembre prochain, la secrétaire nationale adjointe d’Europe Ecologie les Verts sortira un livre dans lequel elle exhorte les femmes à "parler". 

Un an et demi après le début de l’affaire "Baupin", Sandrine Rousseau persiste et signe un ouvrage sur ce qu’elle a vécu. Si l’enquête a été classée sans suite, l’ex-porte-parole d’Europe Ecologie les Verts ne compte pas en rester là. Dans son livre "Parler", qui paraîtra le 27 septembre prochain, elle appelle les femmes victimes de harcèlement et d'agression sexuelle à sortir du silence.

"J'ai entendu des femmes dire qu'il était plus dur de parler que de se taire", écrit-elle, citée par Le Figaro. "Briser la loi du silence est un remède qui peut être douloureux au début mais aide à se réconcilier avec soi-même (…) Parler permet de faire en sorte que les acteurs de ces violences sentent enfin le vent tourner", ajoute-t-elle.

Une plainte pour "dénonciation calomnieuse"

Dans "Parler", Sandrine Rousseau revient également sur le jour où elle a porté plainte contre Denis Baupin. "Dénoncer un homme, surtout pour ce genre de faits, n'est pas facile", explique-t-elle. Elle décrit également le sentiment de fatalité qui l’a traversée au moment de sauter le pas : "Comment déposer plainte seule quand on sait qu'il y a 99% de probabilité qu'il ne lui soit jamais rien reproché ?"

Ce vendredi, l’auteur a déposé une nouvelle plainte contre l'ex-vice président de l'Assemblée nationale pour "dénonciation calomnieuse". Ce dernier avait lui-même porté plainte en mai 2016 pour diffamation, ce qui avait valu à Sandrine Rousseau d'être mise en examen.

Publicité
Pour rappel, le 9 mai 2016, France Inter et Mediapart avaient publié les témoignages de huit élues et collaboratrices d’Europe Ecologie, dont Sandrine Rousseau, affirmant avoir été agressées et harcelées sexuellement entre 1998 et 2014 par Denis Baupin. Le 6 mars 2017, l’affaire a été classée sans suite pour prescription, comme l'a indiqué Le Point.

Vidéo sur le même thème : L'affaire Baupin classée sans suite: Réaction d’Hélène Debost


Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité