© Capture BFM
Interrogé aujourd'hui au micro de BFM TV, Bernard Cazeneuve s'est fendu d'un lapsus lourd de sens au regard du contexte marqué par l'importation du conflit israélo-palestinien. 

Les lapsus en politique sont souvent lourds de sens. Il y a quelques jours, c’était François Hollande qui déclarait qu’il fallait considérer Nicolas Sarkozy comme "prisonnier innocent" concernant l’affaire des écoutes.

Aujourd’hui, c’est au tour de Bernard Cazeneuve de faire fourcher sa langue de manière gênante. Invité ce matin par BFM TV, le ministre de l’Intérieur est revenu sur les heurts survenus à proximité de la synagogue située rue de la Roquette le 13 juillet dernier à Paris.

Sauf que, au lieu de prononcer correctement le nom de cette rue connue du 11ème arrondissement de la capitale, Bernard Cazeneuve a évoqué la "rue des roquettes". Une image pour le moins inappropriée à l'heure où les tensions autour du conflit israélo-palestinien se cristallisent en France et où l'offensive de Tsahal s'intensifie à Gaza.  

>> Lire aussi :  Européennes 2014 : le malheureux lapsus de François Hollande

Le lapsus, une passion politique ?

Comme nous le disions ici ou , les hommes et femmes politiques font souvent fourcher leurs langues.

Des boulettes plus ou moins embarrassantes qui, pour certaines, valent le détour. On se souviendra ainsi du "gaz de shit" de François Fillon, du "taux de fellation" de Rachida Dati ou encore de la proximité des "lapins" Jérôme Cahuzac et DSK…