Robert Ménard chasse des journalistes et les traite de "tocards"AFP
Le Club de la presse avait mandaté deux journalistes afin d'apaiser les tensions entre le maire de Béziers et le quotidien Midi-Libre.

Le face à face aura duré sept minutes. Mardi matin, le maire de Béziers, Robert Ménard, a éjecté deux journalistes mandatés par le Club de la presse venus tenter une médiation afin d’apaiser les tensions entre l’élu et le quotidien Midi-Libre.

"Aucune discussion n’a été possible puisque Robert Ménard a immédiatement envoyé les deux journalistes "se faire foutre", le chassant de "sa" mairie en proférant des insultes graves à leur encontre", rapporte un communiqué du Club de la presse.

A lire aussi -Béziers : l'actrice Louane qualifiée de "lolita de souche" par le journal de Ménard

L’élu aurait en effet insulté les journalistes locaux de "tocards", les médias régionaux de "sous-presse" et le journal Midi-Libre de "journal de merde". 

"Vous n’aurez plus le droit à la parole"

Publicité
Publicité

"Le ton est monté crescendo tout au long d’un monologue qui s’est achevé par un "vous n’aurez plus le droit à la parole !"", raconte Sébastien Hoebrechts, vice président et journaliste de Direct Montpellier plus, l’un des deux journalistes mandaté. "Ce rendez-vous était prévu de longue date, Ménard avait accepté cette entrevue. Pourquoi nous recevoir s’il refuse de discuter ?", ajoute-t-il.

"Une leçon de morale"

Pour Robert Ménard, les deux journalistes seraient venus lui faire "une leçon de morale", alors qu’on lui "avait présenté ce rendez-vous comme une visite de courtoisie".

"Pour moi, Midi-Libre est un journal d’opposition, été je ne vais pas m’incliner devant eux. J’ai été journaliste, et alors ? Tous les journalistes n’ont pas forcément du talent, et on a le droit de les critiquer sans menacer a liberté de la presse".

C’est attitude parait d’autant plus étonnante que Robert Ménard a cofondé le Club de la presse et a fait ses débuts de journaliste dans la presse locale montpelliéraine. 

Vidéo sur le même thème : Robert Ménard : "la justice fonctionne bien en France"