Trois ans après l’éclatement du scandale, un des anciens conseillers de François Hollande dévoile comme il a réagi en découvrant le numéro de Closer qui a révélé sa liaison avec Julie Gayet. 

En janvier 2014, Closer provoquait une onde de choc en France et même à l’étranger. Le magazine people révélait que le président de la République avait une liaison avec une actrice. Photos à l’appui, l’hebdomadaire expliquait qu’il avait même l’habitude de se rendre à scooter dans l’appartement qui abritait leurs amours. "Le coup était rude. Il l’encaissa presque sans sourciller, étonnamment calme, reculant son fauteuil vers la cheminée pour nous lancer un regard un peu triste", écrit Aquilino Morelle dans son livre, L’Abdication.

Conseiller de François Hollande au moment de cette affaire, le spécialiste de la communication se souvient très bien de sa réaction en découvrant le fameux numéro de Closer.

D’après les bonnes feuilles de son ouvrage dévoilées par Le Journal du Dimanche, Aquilino Morelle aurait d’abord été averti « par un journaliste important » de la sortie imminente de ce magazine le 6 janvier 2014, avant d’en informer le chef de l’Etat. Selon lui, l’information provenait initialement de "l’entourage de Nicolas Sarkozy" qui "s’en pourléchait les babines". "Le président continuait à travailler, à écrire, à recevoir, à présider – le Conseil de ministre, des réunions avec ses collaborateurs, poursuit l’ancien conseiller. Il donnait parfaitement le change, en dépit de la rumeur qui enflait. Il se préparait intérieurement au ‘choc’ qui ne serait pas que rhétorique cette fois – le choc des photos".

"Un homme seul et conscient du gâchis"

Publicité
Trois jours plus tard, le 9 janvier, un préfet de police a finalement réussi à se procurer un exemplaire du magazine qui n’était pas encore en kiosques. "Il le prit en main, donna l’impression de le soupeser, l’examina avec une sorte de soulagement, l’ouvrit, le parcourut, le commenta avec un détachement qui me laissa pantois. (...) Par moments, son appréciation se faisait presque technique: la qualité des images, le contenu des commentaires, l’impression générale dégagée par le reportage. Le spécialiste de la presse décortiquait avec précision le travail de ceux qui l’avaient piégé", détaille Aquilino Morelle. Et celui-ci d’ajouter : "La tristesse de son regard était insondable, celle d’un homme seul et conscient du gâchis qu’il avait causé comme de l’épreuve qui l’attendait".

 En vidéo - François Hollande et Julie Gayet narguent les photographes lors d'une soirée parisienne

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité