Jean-Luc Mélenchon dit combattre l'oligarchie depuis des années déjà. Pourtant, certains militants de La République en Marche l'accusent de prendre part à un tel système… Et de favoriser considérablement ses proches.
AFP

Népotiste, Jean-Luc Mélenchon ? C’est en tout cas ce qu’affirment certains militants de La République en Marche (LREM) qui reprochent au patron de La France Insoumise (LFI) d’entretenir un système oligarchique. En cause ? La présence sur la liste du parti de certains proches du tribun, ainsi que de la mère de Manon Aubry, la tête de liste. Problème ? A aucun moment les biographies de ces intimes ne mentionnent de tels liens, sur le site de LFI.

Publicité

Parmi les 79 militants qui composent la liste de la France Insoumise en vue des élections européennes, on retrouve en effet le gendre de Jean-Luc Mélenchon, son ancien garde du corps et une ex-compagne.

Publicité

Le premier, Gabriel Amard occupe la 8ème place rapporte 20 minutes. Il aurait, poursuit le journal, de fortes chances d’être élu et n’en est de toute façon pas à son coup d’essai en politique. Maire d’une commune de l'Essonne onze ans durant, il fut également le président d’une communauté d’agglomération, puis conseiller régional avant d’officier à un niveau plus général.

Benoît Schneckenburger, qui a effectivement fait partie du service d’ordre du fondateur de la France Insoumise, est professeur en prépa, docteur et agrégé de philosophie indique le site d’information. Il a déjà été candidat pour le Front de Gauche, lors des élections municipales de 2014 où il briguait Paris. Il n’est d’ailleurs pas inconnu dans la presse puisqu’il s’est déjà exprimé dans les colonnes de certains quotidiens, pour décrire la portée politique de certaines de ses missions.