Nicolas Sarkozy a dévoilé ses objectifs ce samedi 13 décembre lors d'une réunion avec les cadres de l'UMP. Il souhaite notamment une forte augmentation du nombre d'adhérents afin d'avoir "une armée de militants". Il a au passage fait une déclaration à l'attention de Rachida Dati et Nadine Morano. Compte-rendu.   
©AFPAFP

"Une armée de militants" pour "le parti le plus moderne de France". C’est objectif que Nicolas Sarkozy a fixé pour l’UMP. Lors d’une réunion avec les cadres du parti à Paris ce samedi 13 décembre, le président de l’UMP a déclaré vouloir 500 000 adhérents pour 2017 contre les 200 000 à jour de cotisation actuels. 

L’UMP devra être comme "le métro à 18 heures"

"Plus nous serons nombreux, plus nos adhérents seront représentatifs de la France dans son ensemble" a-t-il déclaré. Il a également précisé son souhait en comparant le parti au métro à 18 heures", avec "des ouvriers, des professeurs, des ingénieurs, des agriculteurs...".

Pour ce faire, le président du parti tend une carotte. Il a demandé au  secrétaire général de l'UMP, Laurent Wauquiez, de "fixer des contrats d'objectifs à chaque fédération" et "ceux qui les rempliront auront une part plus grande des cotisations". Les bons élèves seront aussi personnellement remerciés par Nicolas Sarkozy qui recevra tous les mois les cinq adhérents qui auront amené le plus de militants. 

Une réponse à Rachida Dati et Nadine Morano 

Nicolas Sarkozy a, au passage, fait référence à Rachida Dati et Nadine Morano, qui ne font pas partie de sa garde rapprochée. "Il n'était pas question de m'entourer de mes seuls fidèles. Quelques grincements ne comptent pas à mes yeux" a-t-il déclaré en réponse au mécontentement de ces dernières, avant de conclure que "même l'amitié longue avec moi n'est pas une garantie de garder ses responsabilités".

 A lire aussi : Nadine Morano : ce qu'elle pense du nouvel organigramme de l'UMP

 Fini les querelles d'ego

 Nicolas Sarkozy a également souligné l'importance d'avoir un parti uni. "La première chose la plus urgente est d'apaiser notre famille politique" a-t-il affirmé, déclarant vouloir "en finir avec les querelles d'ego". "Chacun a sa liberté de parole, il n'y a pas de délit d'opinion à l'UMP, mais j'exigerai qu'ils (les responsables du parti) soient loyaux, solidaires et qu'ils privilégient le collectif".

 Selon les participants à la réunion dont les propos ont été rapportés par Le point, Laurent Wauquiez et Nathalie Kosciusko-Morizet, dont les bisbilles ont fait le tour de la presse, ont assuré être pour le "rassemblement". 

A lire sur le même thème : NKM et Laurent Wauquiez : la guerre des bureaux à l’UMP ?

 "Jamais aucun accord avec le FN" 

Le chef de l'UMP a également exclu toute forme d'alliance avec le FN. "Je n'accepterai jamais aucun accord avec le FN, ni local, ni régional, ni national. Ceux qui se laisseraient aller à de tels accords, ils devront quitter le parti ou on les en fera partir" a-t-il affirmé ajoutant que "la Shoah n'est pas un détail et la torture n'est jamais justifiable. On ne combat pas le terrorisme avec les méthodes des terroristes". 

Pour Nicolas Sarkozy "l'UMP n'a qu'une seule ligne politique : Occuper tout l'espace entre le PS et le FN". 

Vers des primaires ouvertes pour 2017 

L'ancien président de la République a également abordé la question de la présidentielle de 2017 pour laquelle il souhaite des primaires ouvertes et affirme la "nécessité d'une candidature commune de la droite et du centre".  

 En vidéo sur le même thème - Collard : "Sarkozy ne veut pas du FN", ça tombe bien, le FN "ne veut pas de lui" 

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Vidéo : Nordahl Lelandais : une nouvelle plainte déposée pour la mort d'un jeune homme de 18 ans