Le président de l’UMP était mardi soir sur le plateau de TF1. L’occasion pour lui d’aborder le thème de la laïcité qui fait actuellement débat.


Jamais, il ne s’était aussi clairement prononcé sur ce sujet. Lundi soir, alors qu’il était l’invité du JT de TF1, Nicolas Sarkozy s’est prononcé pour "l’interdiction du voile à l’université". "Je ne vois pas la cohérence d’une système où l’on autoriserait pas le voile à l’école et où on l’autoriserait à l’université", a-t-il expliqué, suivant ainsi la ligne annoncée il y a quelques semaines par son parti. La laïcité ne doit pas "s’arrêter aux portes de l’université", faisant en effet valoir un communiqué de l’UMP (voir la vidéo ci-dessus).

En donnant son avis, Nicolas Sarkozy s’est aussi écarté de la position d’Alain Juppé sur ce sujet. Le maire de Bordeaux s’est récemment dit contre une telle interdiction pour les citoyens majeurs. "A l’université, c’est différent. On a des jeunes gens et des jeunes femmes qui sont adultes, qui ont tout à fait leur liberté de jugement et je ne crois donc pas tout à fait nécessaire de légiférer dans ce domaine-là", a estimé le candidat à la prochaine élection présidentielle.

"Quand vous allez dans un établissement public (...), c'est l'enseignement de la République, la République est laïque"

Outre la question du port du voile à l’université, Nicolas Sarkozy est également revenu sur la polémique qui a éclaté mardi à Châlons-sur-Saône après que le maire UMP a décidé de supprimer le menu de substitution dans les cantines lorsqu’un plat à base de porc est servi. "Dans les cantines d'écoles publiques, je suis opposé à ce qu'on appelle les repas de substitution, où en fonction des origines des enfants ou des religions des parents, on choisit des repas différents", a affirmé le président du parti d’opposition. Et celui-ci d’ajouter : "Si vous voulez que vos enfants aient des habitudes alimentaires confessionnelles, vous allez dans l'enseignement privé confessionnel (…) Quand vous allez dans un établissement public (...), c'est l'enseignement de la République, la République est laïque, et nous refusons absolument – c'est notre tradition, c'est notre façon de vivre, c'est notre idéal – qu'on fasse la différence entre des personnes, dans le service public, en fonction de leur appartenance religieuse ou de leur origine".

Publicité
Une prise de position qui va à l’opposé de celle affichée le jour même par la majorité. "Supprimer la possibilité d’avoir un menu non confessionnel, je trouve que c’est une façon, en réalité, d’interdire l’accès de la cantine à certains enfants", a regretté la ministre de l’Education nationale. Najat Vallaud-Belkacem a par ailleurs dénoncé une décision "politicienne".

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité