"Rachida Dati même Sarkozy en a peur". La maire du 7e arrondissement de Paris, connue pour son franc-parler, a écopé de plusieurs surnoms assez acerbes.
AFP

Rachida Dati : l’envers du décors

Ministre de la Justice, députée européenne, maire du 7e arrondissement de Paris… Au fil des décennies, Rachida Dati a élaboré une solide carrière politique, gagnant aussi au passage la réputation d’avoir un sacré franc-parler et de ne pas ménager ses adversaires. Brice Hortefeux et François Fillon ont notamment fait partie de ses cibles.

Avec les années, la meilleure ennemie d’Elise Lucet a aussi accumulé une très fine connaissance du monde politique et de ses ressorts. Ces petits papiers, c’est justement ce qui lui vaut le surnom de "Rachida Data", relate Gala. Des données et des munitions dont elle a parfaitement conscience qu’elles suscitent la peur. Dans Le Canard Enchaîné en janvier 2017, il était ainsi question de circonscription donnée par François Fillon à Nathalie Kosciusko-Morizet. Une idée qui ne plaisait pas du tout à la députée européenne et à propos de laquelle elle aurait lancé : "Si Fillon donne sa circo à NKM, ce sera la guerre et faites gaffe, j'ai des munitions... Je vais lui pourrir sa campagne !"

Elle-même dans Le Monde disait : "Je connais les secrets des uns, des autres. Je ne suis pas une grenade dégoupillée, mais je sais l’envers du décor".

Rachida Dati : ce surnom hérité du cinéma

Des dossiers, Rachida Dati en aurait donc de nombreux sur ses confrères et consoeurs du monde politique mais outre ces informations, ce qui est redouté, c’est son caractère. Un aspect de sa personnalité qui a fait dire à un membre de la direction des Républicains dans le JDD  : "Même Sarkozy en a peur".

C’est aussi un trait qui lui a valu un surnom plutôt cocasse au fil des ans : "Dati Danielle". Une référence au film Tati Danielle d’Etienne Chatillez, dans lequel le personnage principe s’illustre par une humeur particulière ombrageuse et des méchancetés sadiques.

De quoi atteindre l’édile ? Rien n’est moins sûre. Dans Le Monde, elle confiait : "Moi, je ne me suis jamais rien interdit".

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.