Fatiguée par un mariage dont elle ne voulait pas, Rachida Dati a fini par quitter la France. Devant les caméras, elle est récemment revenue sur cette période très difficile de sa vie, pendant laquelle elle a envisagé le pire.
Rachida Dati à deux doigts des larmes : elle se confie sur son mariage forcéAFP

"J'ai accepté un mariage contraint", déclarait Rachida Dati, le 25 novembre 2019, sur le plateau de Jean-Marc Morandini. L'ancienne Garde des sceaux, qui brigue aujourd'hui la mairie de Paris y est revenu sur certains des passages les plus durs de sa vie. "Vous ne pouvez pas déroger à des choses. J'avais 25 ans, j'étais autonome, je travaillais, j'avais des postes importants, je travaillais pour Jean-Luc Lagardère à l'époque", a-t-elle expliqué pour poser le contexte.

À la différence de la plupart des mariages forcés, ce ne sont pas ses parents qui l'y ont poussée, assure-t-elle. Elle préfère parler d'une "contrainte sociale". "On vivait mal que je sois célibataire à 25 ans. Il y avait des ragots et des rumeurs. J'ai accepté. Je ne voulais pas me mettre en rupture avec mes parents, avec mes frères et soeurs. J'ai accepté", raconte-t-elle difficilement, au bord des larmes.

Après avoir fait la connaissance de l'homme qu'elle a épousé, tout est allé très vite : "Je l'ai rencontré en août et je me suis mariée le 14 novembre 1992", détaille-t-elle. Pourtant, l'union n'aura pas tenu très longtemps… "Le 23 décembre, j'étais dans le bureau du procureur et je lui ai demandé à l'aide. Ils n'ont pas pu faire annuler mon mariage. Nous avons mis trois ans avant d'obtenir cette annulation", a poursuivi l'ancienne ministre.

Rachida Dati : un mariage qui l'a forcée à fuir l'Hexagone ?

C'est très émue que Rachida Dati a évoqué tout le mal que lui a fait son mariage. "Arrêter pour moi, c'était simple. J'ai même pensé au pire", explique-t-elle, grave, les yeux embués. 

"Après je me suis dit : ‘j'abandonne maman et mes frères et sœurs.' Ce n'était pas jouable. Il y a des choses que j'ai mises de côté parce que je me disais, je ne peux pas lâcher", raconte-t-elle encore, non sans évoquer toutes les fois où elle a pleuré avec la solitude pour seule compagnie. "Ce n'est pas des sujets qui prêtent à la confidence", ajoute-t-elle cependant après cette séquence émotion.

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.