AFP
En détaillant sa méthode pour les banlieues, Emmanuel Macron a confirmé la nomination de l'humoriste Yassine Belattar au Conseil présidentiel des villes. Le trentenaire a déjà derrière lui quelques polémiques.
Sommaire

Yassine Bellatar, une expértise pour les banlieues

Yassine Belattar a l’oreille du président Emmanuel Macron. Le chef de l’Etat en détaillant son programme pour les banlieues a annoncé la nomination de l’humoriste au sein du Conseil présidentiel des villes avec une vingtaine d’autres personnalités. On retrouve ainsi notamment la vice-champione olympique de boxe Sarah Ourahmoune, Saïd Hammouche le fondateur de Mozaüik RH, ou encore Catherine Herraney, directrice à Lyon du Centre d'information sur les droits des femmes et des familles, Samia Chabbani, fondatrice dans les quartiers Nord de Marseille de l'association Ancrages.

Le Conseil aura pour objectif de nourrir la réflexion d'Emmanuel Macron sur la politique de la ville. 

Yassine Belattar, des opposants clairement identifiés

Toutefois, c’est bien la présence de Yassine Belattar qui semble cristalliser certaines critiques. Valeurs Actuelles voit en lui le "Dieudonné de Macron", Atlantico l'accuse d'embrasser la vision des Frères musulmans et Manuel Vall ne goûte pas non plus sa nomination qu’il voit comme une "faute" et "un signe de faiblesse". L'animosité entre les deux hommes ne date par d'hier et ils n'hésitent pas à se tancer sur les réseaux sociaux. Parmis les sujets qui ont opposé les deux hommes, l'humoriste a soutenu Edwy Plenel face à Charlie Hebdo fin 2017.

Enfin, la guerre est ouverte avec le Printemps Républicain, un mouvement défendant la laïcité lancé par le politologue Laurent Bouvet.

Toutefois la querelle la plus célèbre est certainement celle qui l'opposa en décembre à Marianne. Dans article, une journaliste rapporte des propos qu'il aurait tenus sur scène : "J e ne suis pas Charlie, je ne suis pas Nice. J’ai le droit de choisir mes deuils". La polémique entraîne l'annulation de plusieurs spectacles . "C'est très certainement l’un des pires moments de ma carrière... (...) Certains tourneurs ont décidé de céder à une image sulfureuse dont je suis victime ces dernières semaines à la suite d'un article mensonger" se désole alors l'humoriste. Comme l'écrit Checknews peu après, d'autres personnes ayant assisté au spectacle démentent avoir entendu la même chose. 

Une défense efficace pour Yassine Belattar ?

Yassine Belattar, au caractère parfois sanguin et tempétueux ainsi que le décrit un ancien patron dans Le Monde, peut toutefois compter sur le soutien de la présidence. C’est via Mounir Mahjoubi, aujourd’hui secrétaire d'État chargé du Numérique, qu’il se rallie à Emmanuel Macron pendant la présidentielle. Ce dernier lui a d'ailleurs envoyé un SMS de soutien après qu'il a fait l'objet de critiques.

D’ailleurs l’Elysée assume ses divergences. Un proche d’Emmanuel Macron assure au Figaro que l’humoriste "a des opinions tranchées que nous ne partageons pas forcément, mais il n’a pas tenu de propos qui tombent sous le coup de la loi". 

Et l'humoriste monte aussi au créneau. Accusé de proximité avec Tariq Ramadan parce qu’il a fait gagner des places pour un dîner avec l’islamologue, il rétorque dans Le Monde : "Vous croyez que l’Elysée n’a pas vérifié si j’étais bien net ?", tout en dénonçant les effets de rumeur. A Regards, il détaille : " Ils sont persuadés que je suis tous les samedis en Egypte avec les Frères musulmans en train d’apprendre le Coran dans une madrassa alors que mes weekends sont assez banals, avec mes enfants".

L'ascension rapide de Yassine Belattar

Elevé à Conflans-Sainte-Honorine, Yassine Belattar fait le pied de grue devant la radio locale avant de décrocher un poste sur Générations Les contrats s’enchaînent : Virgin 17, Canal Plus, Paris Première, France 4, Le Mouv… A 24 ans, il se retrouve dans les célèbres portraits de Libération.

Outre ses amitéis politiques, Yassine Belattar peut notamment compter sur son acolyte de toujours Thomas Barbazan, avec lequel il a notamment officié sur Radio Nova, ou Luc Besson. Le producteur est le parrain de son fils.