Après sa qualification pour le second tour de l'élection présidentielle, Marine Le Pen a décidé de se mettre en congé de la présidence du Front national. 

EDIT 28/04 : Louis Aliot a annoncé ce vendredi matin sur BFMtv que Jean-François Jalkh avait refusé de prendre la présidence du FN par intérim. Il sera remplacé par Steeve Briois, le maire (FN) d'Hénin-Beaumont.

Pour quelques jours, Marine Le Pen n'est plus la présidente du Front national. En effet, la candidate à l'élection présidentielle a décidé de se mettre en congé du FN. Comme le prévoient les statuts du parti, la direction est donc revenu jusqu'à la fin de la campagne à Jean-François Jalkh, en sa qualité de vice-président.

Issu d'une famille d'origine libanaise, Jean-François Jalkh a 59 ans. Après des études de droit, il est entré au Front national en 1974, deux ans seulement après la création du parti cofondé par Jean-Marie Le Pen. Petit à petit, celui-ci a su devenir un homme clé du parti, devenant député, conseiller régional, et secrétaire général puis vice-président du FN. Il est actuellement eurodéputé depuis 2014. Au sein du FN, il est chargé des affaire juridiques et des élections depuis 2012. 

"On doit pouvoir discuter" des chambres à gaz

Dès l'annonce de son accession à la présidence par intérim du FN, Jean-François Jalkh a vu ressurgir des informations critiques le concernant. Dans des captures d'écran d'un dossier publié en 2005 dans la revue Le Temps des savoirs, il lui est reproché d'avoir tenu des propos révisionnistes. Dans cet ouvrage, des propos de l'eurodéputé datant du 14 avril 2000 sont rapportés. Jean-François Jalkh était alors interrogé par Magali Boumaza, dans le cadre d'un article sur le Font national de la jeunesse (FNJ). Dans cet entretien, il estime "qu'on doit pouvoir discuter" des chambres à gaz.

Dans cet entretien, le frontiste - qui dit ne pas être "négationniste" - affirme  : "Je crois qu'on ne peut pas avoir de position sur le sujet sans avoir lu le pour, le contre..." Puis, ce dernier évoque le Zyklon B, le gaz à l'origine des exterminations dans les camps nazis. "Moi je considère que d'un point de vue technique il est impossible, je dis bien impossible de l'utiliser dans des (...) exterminations de masse. Pourquoi ? Parce qu'il faut plusieurs jours avant de décontaminer un local qui a été... où l'on a utilisé du Zyklon B". 

Il dément ces propos, la chercheuse les confirme

Le principal intéressé a démenti les propos qui lui sont prêtés auprès du Monde, tandis que la chercheuse Magali Boumaza les a confirmés auprès de Libération et de Buzzfeed notamment.

Publicité
Sur BFMtv, David Racheline, le sénateur-maire (FN) de Fréjus a déclaré : "C’est un homme qui n’a jamais été mis en cause depuis 30 ans, il a démenti évidemment les propos qu’on lui prête, il le conteste, il a déposé une plainte, parce que cette affaire est évidemment montée de toutes pièces".

Vidéo sur le même thème : D'après Rachline le nouveau patron du FN est un homme parfaitement droit 


mots-clés : Fn, Président, Intérim

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité