Quelques jours après la publication d'un rapport le dédouanant partiellement, François de Rugy a déjeuné ce jeudi 25 juillet avec le Premier ministre Edouard Philippe. De quoi relancer la rumeur sur un possible retour en grâce de l'ancien ministre.
AFP

François De Rugy vient à peine de démissioner qu'un possible retour en politique semble déjà se profiler pour l'ancien ministre. Celui qui a été président de l'Assemblée nationale, puis ministre de l'Ecologie démissionnaire, a discrétement déjeuné avec le Premier ministre Edouard Philippe ce jeudi 25 juillet, dans un restaurant parisien, selon une information du Figaro confirmée par LCI.

De Rugy partiellement blanchi

Ce déjeuner intervient alors qu'un rapport gouvernemental semble valider les 63 000 euros de travaux réalisés par De Rugy à l'Hôtel de Roquelaure, résidence officielle du ministre de l'Ecologie. Un autre rapport d'enquête, réalisé par l'Assemblée nationale, conclut à la "régularité des dîners" donnés par l'ancien ministre à son hôtel particulier. Ceux-ci n'auraient pas dépassé le cadre strictement professionnel.

le niveau des prestations est manifestement excessif par rapport à la pratique courante pour les repas privés

Cependant, trois dîners "appellent des observations", selon l'Assemblée. Celui de Noël 2017, de la Saint-Valentin 2018, ainsi qu’un dîner avec peu de convives, dont la date n’est pas précisée. Dans ces trois cas, "le niveau des prestations est manifestement excessif par rapport à la pratique courante pour les repas privés", peut-on lire. Il s’agirait, en outre, de dîners à "caractère familial ou amical". Malgré cette réserve, le secrétaire général de l’Assemblée conclut que François De Rugy "n’a enfreint, directement ou indirectement, aucune règle et n’a commis aucune irrégularité".

Un article réalisé par Mediapart avait épinglé le ministre pour le faste de ses dîners à l'Hôtel de Roquelaure, où étaient notamment servis homards, Mouton Rothschild à 500 euros la bouteille et Cheval Blanc à 550 euros pièce.

L'enquête parlementaire a toutefois été critiquée pour son manque d'indépendance par des personnalités proches de La France Insoumise. Edwy Plenel, patron de Mediapart, a ainsi qualifié cette enquête de "mascarade".

Vidéo : François de Rugy s'estime blanchi par les enquêtes du gouvernement et de l'Assemblée

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.