A l'ocassion de la quatrième étape du Tour de France, "Le Parisien" a interviewé Nadine Morano. Et en faisant part de ses sourvenirs, l'eurodéputée a avoué avoir été majorette pendant la Grande Boucle.
©AFP

Lors de la troisième étape du Tour de France, Le Parisien  a interrogé Geneviève de Fontenay. Pour la quatrième, qui reliait Mondorf-les-Bains (Luxembourg) à Vittel, c'est Nadine Morano, originaire de Nancy, qui s'est laissée aller à de petites confidences.La députée européenne a raconté quelques-uns de ses souvenirs d'enfance sur la Grance Boucle. 

"J'avais mon petit uniforme et mon chapeau"

"Figurez-vous que j'ai été majorette sur le Tour de France ! Mais, comme j'avais tout juste 10 ans, on disait minorette. J'essayais de ne pas faire tomber mon bâton ! C'était le spectacle de l'été. Le Tour arrivait dans mon quartier. Nous étions en 1973. Je revois encore la caravane du Tour. Nous, nous étions après la ligne d'arrivée et on a fait notre numéro. J'avais mon petit uniforme et mon chapeau. Je me rappelle avoir vu passer beaucoup de coureurs. Il y avait notamment Raymond Poulidor", a confié l'ancienne députée de Meurthe-et-Moselle.

À lire aussi - Tour de France : les hôtesses racontent l'envers du décor

Le frère de Nadine Morano, "grand amateur de vélo", a lui aussi de très bons souvenirs de cette fameuse course. "Il jouait avec des petits cyclistes en plastique. Il s'inventait des courses en imaginant les grands champions. A l'époque, j'étais trop petite pour comprendre vraiment ce qu'était le Tour. C'était pourtant le grand événement de l'été dans mon quartier", a-t-elle ajouté au Parisien.

En vidéo sur le même thème - Tour de France : Le sarthois Nicolas Edet y participera

Participez à notre grand jeu de l'été ! Remportez des chèques cadeaux d'une valeur de 500 € et un mois gratuit à notre offre de divertissement Hedony !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.