Sommaire

Des soutiens de plus en plus critiques

© AFP

Pour partir à la conquête de l'Elysée, Nicolas Sarkozy aura besoin de nombreux soutiens. Or ces derniers sont de moins en moins nombreux, et ceux qui restent n'hésitent plus à critiquer l'ancien chef de l'Etat. Ainsi, depuis l'affaire de "la race blanche", Nadine Morano a promis que si le patron des Républicains se présentait à la primaire, elle allait le "dézinguer". Plus récemment, Nathalie Kosciusko-Morizet et Nicolas Sarkozy se sont embrouillés à propos de la stratégie à tenir en face du Front national aux élections : un bras de fer remporté par le second, qui a viré la première de son poste de vice-présidente des Républicains. Même Christian Estrosi n'hésite plus à critiquer la ligne politique de Nicolas Sarkozy estimant que "contrairement à lui, je ne pense pas que nous, élus Républicains, devions tenir un discours toujours plus à droite. Plus on va à droite, plus on fait monter le FN."

Déjà, pendant les élections régionales, Nicolas Sarkozy avait dû se rendre à l’évidence : il n’était pas le bienvenu dans les meetings des candidats Républicains. Selon le Canard enchaîné, le président du parti de droite avait demandé à Xavier Bertrand, Valérie Pécresse, Christian Estrosi, Philippe Richert ainsi qu’à un candidat UDI de venir le soutenir. Mais "chacun d'eux s'est montré suffisamment peu enthousiaste pour qu'il n'insiste pas.", écrit l'hebdomadaire.

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.