Dupuis le début des débats télévisés de la primaire, le fondateur du Front démocrate se fait remarquer pour ses frasques. Mais qui est vraiment l'outsider de cette primaire ?
AFP

Depuis le début de la primaire, un candidat crève l'écran... mais pas forcément pour de bonnes raisons. En effet, Jean-Luc Bennahmias, candidat à la primaire de la gauche au nom du Front démocrate, multiplie les frasques lors des débats télévisés.

A lire aussi VIDEO Primaire de la gauche : qui est le vainqueur du 2e débat ?

Il faut dire que le candidat se sert des débats uniquement comme d'une tribune médiatique. Le Canard enchaîné affirmait ainsi fin décembre que le candidat aurait confié qu'il concourait "juste pour participer aux trois débats" prévus avant le premier tour. Une manière pour ce candidat inconnu de jouer les trublions.

Passé par le PSU, les Verts et le MoDem

Pourtant, Jean-Luc Bennahmias n'est pas un perdreau de l'année. Depuis les années 1970, l'homme politique a été au Parti socialiste unifié (PSU), chez les Verts ou encore au MoDem, avant de créer en 2014 son propre parti, le Front démocrate, classé au centre gauche. 

Aujourd'hui âgé de 62 ans, l'homme a débuté comme journaliste pour des magazines alternatifs et écologistes (Antirouille, La Gueule ouverte et même Télé 7 jours) et comme professeur de communication aux universités Paris VII et Paris VIII. Il est rentré en politique dans les années 1980. En 2004, il a été élu député européen sous l'étiquette des Verts. Il est réélu cinq ans plus tard, mais entre-temps l'homme est passé au MoDem. 

Dix ans plus tard, Jean-Luc Bennahmias quittera le MoDem, déçu par les alliances de son ex-parti avec Les Républicains, pour fonder le Front démocrate, parti de centre gauche. Il a toujours affiché son soutien à François Hollande, bien qu'il n'ait pas eu le poste de secrétaire d'Etat aux Sports qu'il convoitait, selon Les Echos

Il ne reconnaît pas une mesure pourtant dans son programme

Quant à son programme, l'homme politique le reconnaît, il n'a rien de très différent des autres candidats. Comme Vincent Peillon , il veut un scrutin proportionnel pour les législatives. Comme Benoît Hamon, il veut créer un revenu universel. Comme Manuel Valls, il veut instaurer un service civique obligatoire. Et comme Sylvia Pinel, il est favorable à la légalisation du cannabis.

Mais lors du premier débat, Jean-Luc Bennahmias a semble-t-il eu un trou de mémoire sur son programme. "J'apprends que je veux constituer un corps de vigiles privés. Je ne sais pas où vous avez lu ça !", a-t-il lancé à la journaliste qui l'interrogeait. Avait-il bien lu son programme ? Car sur son site, à la rubrique "Sécurité", la mesure est bien présente : "Constituer un corps de vigiles de sécurité agrées par le Ministère de l’Intérieur qui pourront avoir des armes non létales pour immobiliser les éventuels terroristes dans chaque centre commercial ou supermarché avant l’arrivée des forces de l’ordre et renforcer le maillage de sécurité national gradué et plus efficace."

Vidéo sur le même thème : Primaire de la gauche : l'esprit de synthèse à l'épreuve des débats

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Vidéo : Le récap de l'actualité du jour... vu de Twitter !