Le premier débat télévisé de la primaire de la gauche a eu lieu jeudi soir sur "TF1". Mais certains candidats n'ont pas révisé les bonnes fiches avant de venir débattre...

Le premier débat télévisé de la primaire de la gauche a eu lieu jeudi soir sur TF1. Pendant près de deux heures et demie, les sept candidats ont répondu à diverses questions : économie, sécurité, emploi... 

Au cours du débat, certains candidats se sont fait remarquer... dans le mauvais sens. En effet, quelques uns ont commis des bourdes, soit en oubliant ce que contenait leur programme, soit en évaluant mal une réalité.

A lire aussi - VIDEO Primaire de la gauche : alors, qui a remporté le premier débat ?

Arnaud Montebourg baisse le chômage

Ce fut ainsi le cas d'Arnaud Montebourg... qui s'est fait recadrer par le présentateur Giles Bouleau sur les chiffres du chômage. "Il y a aujourd'hui cinq millions de chômeurs dans notre pays, c'est une réalité", a d'abord dit l'ancien ministre de l'Economie avant d'être aussitôt coupé par le journaliste de TF1 : "6,5 millions, Monsieur Montebourg". "Enfin, dans les statistiques selon les uns et les autres. Enfin vous avez raison...", a rétorqué Arnaud Montebourg. Et Giles Bouleau de préciser : "6,5 millions toutes catégories confondues. 3,5 millions en catégorie A."

Jean-Luc Bennahmias découvre son programme en direct

L'outsider de la primaire, Jean-Luc Bennahmias, a lui carrément oublier un point de son programme. "J'apprends que je veux constituer un corps de vigiles privés. Je ne sais pas où vous avez lu ça !", a-t-il lancé à la journaliste qui l'interrogeait. A-t-il bien lu son programme ? Car sur son site, à la rubrique "Sécurité", la mesure est bien présente : "Constituer un corps de vigiles de sécurité agrées par le Ministère de l’Intérieur qui pourront avoir des armes non létales pour immobiliser les éventuels terroristes dans chaque centre commercial ou supermarché avant l’arrivée des forces de l’ordre et renforcer le maillage de sécurité national gradué et plus efficace."

Vincent Peillon et l'origine musulmane

Quant à Vincent Peillon, il a été l'auteur d'une formulation maladroite. Interrogé sur le terrorisme et les attentats commis en France, l’ancien ministre de l’Education a déclaré: "Dans notre pays, des enfants juifs ont été tués, ça n’était pas arrivé depuis longtemps, d’une balle dans la tête il y a maintenant presque cinq ans et deux appelés du régiment, dont l’un était d’origine musulmane. Et puis nous avons connu les attentats de Charlie Hebdo […], les attentats du Bataclan […] et puis il y a eu un prêtre". Inutile de préciser qu'on ne peut pas être originaire d'une religion... Un peu embêtant pour un agrégé de philosophie.

Vidéo sur le même thème : Vincent Peillon parle d'"origine musulmane"

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Vidéo : Décès de l'ancien champion de tennis Peter McNamara